Rechercher

Un Arabe israélien abattu dans le sud d’Israël, le vingtième en 2022

La mort d'Abdel Qader Abu Elion, 28 ans, serait liée à un conflit foncier à Tel Sheva ; la police a ouvert une enquête

Une vue de la ville bédouine de Tel Sheva (Crédit : CC-BY Avishai Teicher/Wikipedia)
Une vue de la ville bédouine de Tel Sheva (Crédit : CC-BY Avishai Teicher/Wikipedia)

Un résident de la ville bédouine de Tel Sheva, dans le sud d’Israël, a été tué par balle dans la nuit de samedi à dimanche, a fait savoir la police.

Les forces de l’ordre ont été appelées à Tel Sheva par des résidents qui ont signalé des coups de feu dans le secteur.

La victime qui, selon les médias israéliens, s’appelait Jalal Abdel Qader Abu Elion, a été évacuée vers l’hôpital Soroka de Beer Sheva dans un état grave, où les médecins ont prononcé sa mort.

Une enquête a été ouverte sur l’incident.

Selon Nachshon Nagler, commandant de la police pour la région du Neguev, la mort d’Abu Elion serait un homicide volontaire présumé.

Si les circonstances entourant sa mort n’ont pas été clairement établies, elle serait toutefois liée à un conflit foncier, concernant des parcelles de terrain qui se trouvent dans la ville, selon le journal Maariv.

De son côté, l’ONG Abraham Initiatives a fait savoir qu’Abu Elion était le vingtième Arabe israélien à connaître une mort violente en 2022.

Une vue de la ville bédouine de Tel Sheva (Crédit : CC-BY Avishai Teicher/Wikipedia)

Les communautés arabes connaissent une recrudescence des violences depuis quelques années, des violences entraînées majoritairement par le milieu du crime organisé.

Les Arabes israéliens, pour leur part, blâment la police qui, selon eux, n’a pas réprimé les puissantes organisations de la pègre et ignore très largement les violences – querelles familiales, guerre entre gangs et violences faites aux femmes. La communauté souffre également de décennies de négligences.

Au début de l’année, Omer Barlev, ministre de la Sécurité intérieure, a indiqué que « les familles criminelles dans le secteur arabe » tenaient la communauté « à la gorge ».

L’année dernière, le cabinet a adopté un plan qui prévoit d’allouer 2,5 milliards de shekels à la lutte contre le crime endémique dans la société arabe au cours des cinq prochaines années.

Selon le centre Aman, un groupe de la société civile qui œuvre à endiguer les violences dans la communauté arabe d’Israël, 128 membres de la communauté dans le pays – c’est un chiffre record – sont morts en 2021 suite à des crimes. Il y avait eu, selon le groupe, 113 meurtres de ce type en 2020, 96 en 2019 et 67 en 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...