Un blogueur arrêté dans le cadre de l’Affaire 3000 dite des sous-marins
Rechercher

Un blogueur arrêté dans le cadre de l’Affaire 3000 dite des sous-marins

Un journaliste indépendant est accusé de s'être présenté comme agent des renseignements et de s'être rendu au domicile d'un ancien haut-responsable ; son matériel a été saisi

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur l'INS Tanin, sous-marin construit par la firme allemande ThyssenKrupp, à son arrivée en Israël, le 23 septembre 2014. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur l'INS Tanin, sous-marin construit par la firme allemande ThyssenKrupp, à son arrivée en Israël, le 23 septembre 2014. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Un journaliste indépendant a été arrêté et interrogé lundi par la police, soupçonné d’avoir harcelé une témoin d’État dans ce qui a été appelé « l’Affaire des sous-marins ».

L’ex-comptable général du ministère des Finances, Michal Abadi-Boiangiu, avait porté plainte contre le blogueur, en affirmant qu’il s’était rendu chez elle à une heure avancée de la nuit en se présentant comme un agent des renseignements afin de gagner sa confiance, selon un communiqué de la police israélienne.

La police a noté que les enquêteurs de l’unité de la police Lahav 433 avait saisi du « matériel numérique », arrêtant également la conjointe du blogueur en vue d’un interrogatoire.

Selon l’avocat du suspect, deux ordinateurs, deux téléphones cellulaires, plusieurs disques durs et autres dispositifs mobiles ont été saisis.

La police a rapporté que l’homme était soupçonné de harcèlement à l’encontre d’un témoin et de violation de la vie privée.

Le suspect serait l’homme à la tête du blog « Eishton », selon la chaîne Kan. Il dirige ce blog de façon anonyme.

« Cette arrestation est ridicule, elle nuit sérieusement à la liberté de la presse et pourrait mener à exposer des sources, tout cela sous couvert de l’accusation absurde de harcèlement d’un témoin », aurait déclaré l’avocat du suspect, Gonen Ben Yitzhak, selon Kan.

L’avocat a indiqué qu’il chercherait à empêcher la police d’accéder aux matériels saisis dans l’habitation du suspect.

Sous le nom d’Affaire 3000, ce scandale concerne l’achat, pour plusieurs milliards de shekels, de sous-marins et de bateaux militaires auprès du fabricant naval allemand ‎Thyssenkrupp en 2016.

Selon les procureurs, des responsables israéliens auraient reçu des pots-de-vin pour favoriser cet accord massif avec Thyssenkrup, à hauteur de centaines de millions de dollars. Une enquête de la police qui s’est achevée au mois de février a révélé que plusieurs proches conseillers du Premier ministre Benjamin Netanyahu étaient impliqués dans ces faits de corruption, même si le chef du gouvernement lui-même ne figure pas parmi les suspects.

Le scandale concerne également la vente de deux sous-marins de classe Dolphin et de deux navires de guerre par l’Allemagne à l’Egypte, une vente qui aurait été approuvée par Netanyahu sans consultation et notification préalables du ministère de la Défense. Si l’Allemagne n’a pas besoin de la permission d’Israël pour vendre des sous-marins avancés à d’autres pays, Berlin a toujours agi ainsi de manière à maintenir l’avantage qualitatif militaire d’Israël dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...