Rechercher

Un diner du Ramadan réunit un groupe improbable de Juifs et de Palestiniens

Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, a accueilli les dirigeants palestiniens locaux pour un diner d'Iftar dans une rare démonstration de coexistence

Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, deuxième à gauche, photographié avec des personnalités palestiniennes locales lors d'un repas d'Iftar, le 5 avril 2022. (Crédit : Facebook de Yossi Dagan/utilisé en vertu de la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, deuxième à gauche, photographié avec des personnalités palestiniennes locales lors d'un repas d'Iftar, le 5 avril 2022. (Crédit : Facebook de Yossi Dagan/utilisé en vertu de la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le chef des résidents d’implantations, Yossi Dagan, a accueilli mardi 5 avril un groupe de dirigeants palestiniens locaux au Conseil régional de Samarie pour l’Iftar, le repas traditionnel qui marque la fin du jeûne diurne du ramadan.

Parmi les 20 participants figuraient des cheikhs islamiques et des chefs de clan, qui ont assisté à ce rassemblement de coexistence interconfessionnelle malgré le risque de représailles auquel ils pourraient être confrontés de la part de Palestiniens, a rapporté la Treizième chaîne.

La réunion s’est déroulée dans le contexte de la vague de terreur la plus meurtrière que connait Israël depuis la fin de la deuxième Intifada en 2006. Entre le 22 et le 30 mars, 11 Israéliens ont été tués dans trois attaques distinctes (et deux autres ce jeudi soir), ce qui a conduit Tsahal à se lancer dans une opération d’arrestation à grande échelle.

Halduun Husseini, porte-parole des participants palestiniens, a condamné les récentes attaques contre les Israéliens. « Nous devons arrêter ces attaques terroristes, car ces attaques ne font que causer des problèmes », a-t-il déclaré à la Treizième chaîne.

La corruption et la faiblesse de l’Autorité palestinienne ont également été critiquées.

« Nos jeunes se font tuer et notre peuple a faim », a déclaré Ramzi Musallam, maintenant connu sous le nom d’archevêque Melchisedeck de l’Église orthodoxe palestinienne d’Amérique.

« Je ne sais pas où va cet argent ; l’argent qui est transféré à l’Autorité palestinienne », a déclaré l’archevêque, s’adressant directement aux journalistes.

Ce n’est pas la première fois que Dagan, président du Conseil régional de Samarie, préside un repas d’Iftar. En mai 2021, Israel National News a rendu compte d’un Iftar entre le chef des résidents d’implantations et 20 religieux et hommes d’affaires palestiniens, qui ont été rejoints par des hommes d’affaires des Émirats arabes unis sur Zoom. De même, ce rassemblement avait eu lieu à la suite d’une fusillade terroriste au carrefour de Tapuach en Cisjordanie.

Si le mois de Ramadan peut déclencher des tensions entre Juifs et Palestiniens dans la région, il peut aussi être l’occasion pour les deux communautés de se mélanger. En mai 2019, le Times of Israel a rendu compte d’un repas d’Iftar organisé à l’usine SodaStream de Rahat, auquel plus de 2 000 de ses employés juifs et arabes ont assisté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...