Rechercher

Un terroriste palestinien meurt de ses blessures causées lors de heurts à Jénine

Tsahal affirme que les troupes n'ont visé que des Palestiniens armés dans la zone ; le groupe des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa a classé Abdallah Abu Tin comme l'un des leurs

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Abdallah Abu Tin, médecin et membre déclaré des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, tient plusieurs fusils d'assaut sur une photo non datée qui a circulé sur Internet après sa mort, le 14 octobre 2022. (Crédit : Réseaux sociaux, utilisés conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Abdallah Abu Tin, médecin et membre déclaré des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, tient plusieurs fusils d'assaut sur une photo non datée qui a circulé sur Internet après sa mort, le 14 octobre 2022. (Crédit : Réseaux sociaux, utilisés conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un médecin palestinien et membre déclaré des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa est mort après avoir été blessé lors d’une violente fusillade entre les troupes israéliennes et des tireurs palestiniens dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, vendredi matin. Cette fusillade a fait un autre mort du côté palestinien.

Selon l’armée israélienne, les troupes opéraient dans la zone pour procéder à l’arrestation d’un Palestinien recherché, membre du groupe terroriste du Hamas, responsable d’une série de fusillades récentes en Cisjordanie et qui planifiait d’autres attaques.

Au cours du raid, des Palestiniens armés ont lancé des objets incendiaires et « tiré des rafales de coups de feu en direction des troupes », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Un membre du Jihad islamique palestinien, Matin Dababa, 25 ans, a été tué au cours des affrontements, selon des responsables de la Santé palestiniens et le groupe terroriste.

Apes avoir annoncé la mort du docteur, Abdallah Abu Tin, lors de l’affrontement, le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne est revenu sur ses dires pour le déclarer dans un état critique. Dans l’après-midi, le ministère a finalement déclaré la mort du médecin.

Une affiche représente le médecin et combattant palestinien Abdallah al-Ahmad, tué lors d’un raid israélien plus tôt dans la journée, lors de ses funérailles dans le camp de réfugiés de Jénine près de la ville du même nom en Cisjordanie, le 14 octobre 2022. (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

Une source dans les services de sécurité israélienne a déclaré à la presse israélienne qu’Abu Tin avait participé directement aux tirs en direction des troupes et qu’il avait été transporté de la scène vers un hôpital, masqué et armé d’un fusil.

Selon les médias palestiniens, le groupe terroriste des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa aurait revendiqué Abu Tin comme l’un de leurs membres.

Des affiches qui auraient été réalisées par le groupe terroriste, vaguement lié au parti Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, montreraient Abu Tin tenant plusieurs fusils d’assaut.

Un compte Telegram, que l’on pense être lié au groupe, a en outre publié un bref communiqué indiquant qu’Abu Tin « est tombé en martyr alors qu’il combattait aux côtés des combattants de la résistance ».

Tsahal a dans un premier temps tenté de déterminer si Abu Tin avait été blessé par des tirs palestiniens, et non par les troupes israéliennes, ou s’il avait lui-même tiré sur des soldats et avait donc été ciblé.

« Les troupes ont tiré des coups de feu précis en direction d’hommes armés identifiés dans la zone et on a constaté un blessé », a déclaré Tsahal.

« Nous rappelons que la présence de civils non engagés dans les zones de combat représente un danger de mort », a ajouté l’armée.

Des images des affrontements montrent un Palestinien armé tirer de derrière un mur alors qu’il se retranche près d’une ambulance. On ignore si Abu Tin a été blessé lors de cet échange de tirs.

Une branche locale du Jihad islamique palestinien a revendiqué la responsabilité des attaques contre les troupes dans la zone.

Des tireurs palestiniens et des personnes en deuil assistent aux funérailles de Mateen Debaya, membre du Jihad islamique palestinien, tué lors d’affrontements avec les forces israéliennes dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, le 14 octobre 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Tsahal et la Police des frontières ont annoncé que les troupes avaient arrêté Dia Salama, 24 ans, dans le camp de réfugiés de Jénine. Les responsables israéliens ont identifié Salama comme étant un membre du Hamas, mais les médias palestiniens ont indiqué qu’il était membre du Jihad islamique palestinien.

Aucun des deux groupes terroristes n’a confirmé l’affiliation de Salama.

Salama, qui serait responsable de nombreuses fusillades contre des troupes et des civils israéliens en Cisjordanie ces dernières semaines, a été arrêté muni d’un fusil d’assaut M-16.

Un autre fusil ainsi que du matériel militaire ont été saisis au domicile de Salama, selon les autorités.

Des armes et de l’équipement militaire saisis chez un Palestinien recherché dans le camp de réfugiés de Jénine, le 14 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée a ajouté que deux autres Palestiniens recherchés avaient aussi été arrêtés dans la région de Jénine.

À Naplouse, les troupes ont appréhendé deux Palestiniens recherchés, qui seraient à l’origine de l’attaque contre des troupes et des civils lors de la visite des fidèles juifs, escortés par des soldats, au Tombeau de Joseph, à la périphérie de la ville. Une arme de poing a été saisie lors du raid à Naplouse, selon Tsahal.

Trois autres Palestiniens recherchés ont été arrêtés lors de raids nocturnes dans d’autres régions de Cisjordanie.

Aucun soldat israélien n’a été blessé au cours des affrontements à Jénine ou lors d’autres opérations en Cisjordanie.

L’armée israélienne a intensifié ses raids d’arrestation et ses autres opérations de contre-terrorisme en Cisjordanie depuis qu’une vague d’attentats terroristes contre des Israéliens a fait 19 morts au printemps.

Jénine est au cœur des violences récentes en Cisjordanie, où les attaques contre les forces de sécurité israéliennes se sont multipliées. Certains des terroristes qui ont commis des attentats plus tôt dans l’année venaient de la ville et de ses environs.

Des soldats israéliens interviennent en Cisjordanie, le 12 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Plus de 100 Palestiniens ont été tués lors d’opérations israéliennes cette année, dont beaucoup alors qu’ils commettaient des attentats ou lors d’affrontements avec les forces de sécurité.

Vendredi matin, un adolescent palestinien grièvement blessé après avoir attaqué un bus transportant des soldats israéliens dans la vallée du Jourdain le mois dernier a succombé à ses blessures.

Muhammad Turkman et un membre de sa famille avaient été gravement blessés après que la voiture dans laquelle ils se trouvaient a pris feu alors qu’ils tentaient de mettre le feu au bus.

Les deux hommes avaient également tiré sur le bus, blessant gravement un soldat et un chauffeur de bus civil, et blessant légèrement cinq autres soldats.

Turkman et son proche ont sauté de la voiture en feu avant d’être arrêtés par les troupes. Un troisième Palestinien, le père et l’oncle des deux, a réussi à fuir la scène et est toujours en fuite plus d’un mois après l’attaque.

Les forces de sécurité israéliennes se tiennent à côté d’une voiture brûlée qui aurait été utilisée par les suspects qui ont commis une fusillade contre un bus dans la vallée du Jourdain, le 4 septembre 2022. (Crédit : Flash90)

Ces derniers mois, des hommes armés palestiniens ont mené de nombreuses attaques contre des postes militaires, des troupes opérant le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes et des civils sur les routes.

Mardi, un soldat israélien a été tué dans une fusillade alors qu’il sécurisait une marche de résidents d’implantations dans le nord de la Cisjordanie, quelques jours après qu’un autre soldat a été tué par balle à un checkpoint près du camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est.

La montée de la violence en Cisjordanie s’est propagée à Jérusalem, où les Palestiniens ont affronté la police et les civils israéliens au cours des deux dernières nuits.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...