Rechercher

Un documentaire Arte sur le commando chargé de nettoyer les traces des crimes nazis

De la même manière qu’ils avaient planifié puis exécuté leurs meurtres de masse, les nazis ont procédé à l’élimination méticuleuse des traces de leurs crimes

« Opération 1005, les effaceurs de crimes »
« Opération 1005, les effaceurs de crimes »

Le documentaire « Opération 1005, les effaceurs de crimes » narre l’histoire d’un mystérieux commando chargé, à partir de 1942, de faire disparaître les traces des assassinats de Juifs par les nazis et leurs alliés en Ukraine (le nombre de Juifs assassinés en Ukraine pendant la Shoah est estimé à 1,5 million, dont 80 % par balles).

De la même manière qu’ils avaient planifié puis exécuté leurs meurtres de masse, les nazis ont en effet procédé à l’élimination méticuleuse des traces de leurs crimes.

Si, dans un premier temps, ils avaient enterré leurs victimes dans des fosses communes, ils craignaient, après la contre-offensive soviétique – une fois que l’issue de la guerre s’annonçait moins favorable pour eux –, que leurs atrocités ne soient découvertes. Ils ont donc procédé, de 1942 à 1944, à une entreprise massive d’effacement de leurs traces, par le feu principalement, baptisée « Opération 1005 ». Ils ont pour cela mobilisé bien souvent des commandos constitués de prisonniers de guerre soviétiques et de Juifs. Après avoir ouvert les fosses communes où étaient enterrées les victimes, ces commandos collectaient leurs dents en or, brûlaient les corps sur des bûchers géants, avant de faire disparaître les cendres et les os. Ses membres étaient ensuite bien souvent eux-mêmes exécutés.

Tourné en 2021 dans la région de Lviv et dans les environs de Kiev, près du tristement célèbre ravin de Babi Yar et de l’ancien camp de Janowska, le documentaire s’intéresse ainsi aux crimes nazis par un angle méconnu.

Il suit le parcours de l’association française Yahad-In Unum dans ses recherches en Ukraine, pour localiser d’anciennes fosses communes et retrouver des témoins oculaires, alors que de nombreuses familles cherchent toujours à faire la lumière sur le sort de leurs aïeuls, espérant leur offrir un mémorial digne de ce nom.

Autre enquêteur présent sur place : l’Allemand Rüdiger Schallock, qui se rend à Lviv sur les traces de son grand-père, ancien membre de la SS mort en 1974, dont les actes pèsent aujourd’hui encore sur la mémoire familiale – un exemple de ce que la science appelle le « traumatisme transgénérationnel ».

Il enquête ainsi sur les crimes de son aïeul, mort en 1974 sans jamais être inquiété, et ses supérieurs.

Documentaire de 52 minutes, « Opération 1005, les effaceurs de crimes » a été diffusé sur Arte cette semaine. Il est désormais disponible en replay jusqu’au 1er août sur le site de la chaine.

Il a été réalisé par Ingolf Gritschneder, avocat et journaliste allemand récompensé par de nombreux prix pour ses reportages et documentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...