Rechercher

Un émeutier palestinien, blessé en avril, a succombé à ses blessures

Selon la famille, Walid a-Sharif a été blessé par une balle à bout éponge ; la police affirme qu'il est tombé et s'est cogné la tête en jetant des pierres

La police israélienne emmène Walid a-Sharif, un manifestant palestinien grièvement blessé lors des affrontements, du Mont du Temple de Jérusalem, le 22 avril 2022, d'où il a été transporté à l'hôpital Hadassah. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
La police israélienne emmène Walid a-Sharif, un manifestant palestinien grièvement blessé lors des affrontements, du Mont du Temple de Jérusalem, le 22 avril 2022, d'où il a été transporté à l'hôpital Hadassah. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

Un Palestinien a succombé samedi à ses blessures subies lors de heurts avec la police israélienne en avril sur le Mont du Temple à Jérusalem-Est, ont annoncé sa famille et des sources médicales.

« Un blessé évacué il y a quelques semaines du quartier de la Vieille Ville vers l’hôpital Hadassah Ein Kerem, avec une blessure à la tête et dans un état très grave est décédé », a indiqué l’hôpital israélien dans un communiqué.

La famille du défunt a également annoncé sa mort dans un message audio adressé à des journalistes.

Selon l’agence de presse palestinienne Wafa, il s’agit de Walid Al-Sharif, 23 ans, originaire du quartier de Beit Hanina, à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville.

Selon l’agence, il a été blessé le 22 avril lors de heurts entre forces israéliennes et émeutiers palestiniens sur le troisième lieu saint de l’islam et site le plus sacré du judaïsme, le Mont du Temple, dans la Vieille Ville à Jérusalem-Est.

La police a déclaré qu’a-Sharif faisait partie des jeunes masqués qui lançaient des pierres lorsqu’il est tombé et s’est cogné la tête sur le sol en pierre. Sa famille a contesté cette affirmation, affirmant qu’il avait été touché par une balle en éponge, utilisée par la police ce matin-là.

La police a publié des images de ce qu’elle a dit être a-Sharif, le visage couvert d’un keffieh à carreaux noirs et blancs, lançant à plusieurs reprises des pierres et des cailloux sur les forces de sécurité israéliennes.

Une porte-parole de l’hôpital Hadassah a indiqué à l’AFP que ses blessures n’étaient pas dues à un tir de balles réelles.

 

Le 22 avril, des policiers israéliens sont entrés sur l’esplanade et utilisé des « moyens de dispersion » après que des Palestiniens ont lancé des pierres en direction du mur Occidental, site de prière le plus sacré du judaïsme situé en contrebas du Mont du Temple, selon la police.

Il était dans le coma depuis son hospitalisation, a indiqué l’hôpital.

Quelques heures après sa mort, le Hamas a déclaré qu’a-Sharif était un membre du groupe terroriste.

Le groupe terroriste palestinien Jihad islamique a publié une déclaration menaçant Israël à la suite de la mort d’a-Sharif.

« Nous pleurons le martyr Walid a-Sharif. Nous affirmons que les crimes de l’occupation et le sang des innocents seront une malédiction qui hantera les tueurs », a déclaré le groupe terroriste.

Des affrontements et des troubles ont éclaté à la mosquée al-Aqsa, qui se trouve au sommet du mont du Temple, presque tous les jours pendant le mois sacré musulman du ramadan, en avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...