Un enfant de 3 ans meurt dans l’incendie de son appartement à Safed
Rechercher

Un enfant de 3 ans meurt dans l’incendie de son appartement à Safed

Le frère de quatre ans de l'enfant décédé souffre de brûlures, et 7 adultes ont été traités pour inhalation de fumée ; le pays est en proie à de sévères incendies

Les soldats du feu sur les lieux d'un incendie dans un appartement de Safed, dans le nord du pays, le 25 mai 2019 (Crédit : Basel Awidat/Flash90)
Les soldats du feu sur les lieux d'un incendie dans un appartement de Safed, dans le nord du pays, le 25 mai 2019 (Crédit : Basel Awidat/Flash90)

Samedi, un enfant en bas âge est mort dans l’incendie de son appartement dans la ville de Safed, dans le nord du pays, dans l’un des nombreux incendies qui ont fait rage dans le pays toute la journée.

L’enfant âgé de 3 ans, Elan Prizat, a été soigné dans un état grave mais a succombé à ses blessures. Son frère de quatre ans souffre de brûlures, et huit adultes ont été traités pour avoir inhalé de la fumée.

Les pompiers et la police enquêtent actuellement sur les causes de l’incendie.

Les pompiers sont également intervenus samedi pour éteindre un certain nombre d’incendies, dont des feux de broussailles à proximité du pont d’Uzi Narkis dans le quartier de Jérusalem-Est de Pisgat Zeev et des incendies dans le nord du pays, à proximité des villes de Mishmar Haemek et Megiddo.

Des moyens importants, y compris des canadairs venus d’Italie et de Grèce, ont été mobilisés pour éteindre les flammes. Le feu ayant éclaté près de Jérusalem a failli nécessiter l’évacuation des résidents.

Les incendies de samedi ont fait suite à une série de feux de forêt à travers Israël au cours des trois derniers jours, conséquence d’une importante vague de chaleur. Samedi matin, presque toutes les centaines de feux ayant frappé le pays ces derniers jours étaient sous contrôle.

Alimentés par des températures caniculaires, des centaines d’incendies ont dévasté des villes et des forêts, forçant des milliers de personnes à quitter leurs maisons jeudi et vendredi. Les enquêtes des autorités s’orientent vers des problèmes électriques, des feux de camps de Lag Baomer, des incendies criminels et des ballons incendiaires lancés depuis Gaza comme causes possibles des sinistres.

Vendredi, les forces de sécurité ont arrêté trois résidents de Jérusalem-Est soupçonnés d’avoir provoqué des incendies volontaires dans et aux environs de Jérusalem, dans des incidents séparés ces deux derniers jours.

Lors d’une réunion d’urgence cette semaine, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël avait sollicité l’aide de pays étrangers pour combattre les incendies, un appel auquel ont répondu la Grèce, la Croatie, l’Italie, l’Egypte et Chypre.

Israël « est très reconnaissant » de l’aide apportée, a déclaré Netanyahu, soulignant que le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi avait mis a disposition deux hélicoptères. Il a ajouté que plusieurs autres, y compris la Russie et l’Autorité palestinienne de Cisjordanie, avaient proposé leur aide.

Des avions des pompiers luttent pour éteindre un incendie à proximité de Kibboutz Harel, le 24 mai 2019. (Flash90)

« Je suis très reconnaissant de la réaction rapide de nos voisins pour nous aider en temps de crise, tout comme nous les aidons », a déclaré Netanyahu.

Environ 3 500 personnes ont été évacuées de villes, et des dizaines de maisons ont brûlé jeudi alors que des feux de broussailles faisaient rage dans le pays. Plus de 2 kilomètres-carrés de zone boisée ont brûlé, a indiqué Nitai Zecharya, du JNF-KKL.

Dans le village de Mevo Modiim, 40 des 50 maisons de cette commune du centre d’Israël ont brûlé. Le kibboutz Harel situé à proximité a été particulièrement touché. Les résidents des deux communautés n’ont pas été autorisés à rentrer chez eux.

Des pompiers luttent contre un incendie à proximité du Kibboutz Harel dans le centre d’Israël, le 23 mai 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Nitai Zecharya a fait savoir que si les pompiers ont maîtrisé la plupart des incendies, les autorités restent « très préoccupées » par les vents puissants qui attisent les flammes et « propagent les feux sur d’autres fronts ».

Une température de 47°C a été enregistrée dans le village de Beit Haarava, à proximité de la mer Morte, vendredi après-midi.

Les températures ont commencé à baisser progressivement dès vendredi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...