Un groupe interparlementaire international lutte contre l’antisémitisme en ligne
Rechercher

Un groupe interparlementaire international lutte contre l’antisémitisme en ligne

Le groupe de députés américains, australiens, canadiens, israéliens et britanniques vont demander à Facebook et Twitter davantage de transparence, notamment dans la modération

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Un groupe de travail interparlementaire sur la lutte contre l'antisémitisme se réunit via Zoom, le 10 novembre 2020. (Capture d'écran Zoom)
Un groupe de travail interparlementaire sur la lutte contre l'antisémitisme se réunit via Zoom, le 10 novembre 2020. (Capture d'écran Zoom)

NEW YORK — Un groupe de travail interparlementaire s’est réuni pour la première fois mardi pour écouter les recommandations de différents intervenants sur la façon de lutter contre l’antisémitisme en ligne.

Le groupe est constitué de partis représentés aux Parlements américain, australien, canadien, israélien et britannique.

Organisée par visioconférence, la réunion a débuté par une présentation par des représentants de l’American Jewish Committee, du Simon Wiesenthal Center, du Centre for Israel and Jewish Affairs au Canada, de B’nai Brith Canada, du Canadian Friends of Simon Wiesenthal Center, de l’Executive Council of Australian Jewry et de l’Online Hate Prevention Institute en Australie.

Plusieurs intervenants et députés ont encouragé le groupe de travail à faire pression sur les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook pour qu’ils adoptent la définition de l’antisémitisme établie par l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA). Elle inclut la diabolisation d’Israël et les formes classiques d’antisémitisme. Selon ses détracteurs, cette définition entraverait la liberté d’expression.

Durant sa présentation, Holly Huffnagle de l’AJC a recommandé que le groupe de travail exige des plateformes une transparence dans la rédaction de ses politiques, de ses algorithmes, de ses systèmes de modération et qu’elles se conforment à une série de principes de base qui gagneront la confiance du public.

Holly Huffnagle au Parlement européen en 2017. (Autorisation)

Elle a appelé à la formation d’un système interparlementaire pour réunir et partager rapidement de nouvelles données et pour le recrutement d’experts destinés à conseiller le groupe de travail afin qu’il soit capable de recommander aux géants des réseaux sociaux les changements à mettre en œuvre.

Holly Huffnagle a également exhorté le groupe de travail à élargir son champ d’action aux plateformes non conventionnelles. Elle a expliqué que l’antisémitisme sévit sur des sites marginaux tels que 8kun (anciennement 8chan) et autres plateformes basés hors des États-Unis et des grands pays.

À deux reprises durant la réunion, le député canadien Anthony Housefather a lu des tweets antisémites et anti-Israël du guide suprême iranien Ali Khamenei et a déploré le refus de Twitter de signaler ou de retirer les publications de sa plateforme, comme le réseau social l’a fait avec des tweets du président américain sortant Donald Trump.

« Alors que nous sommes en pleine pandémie et que davantage de gens sont connectés, il est encore plus urgent d’agir. Nous devons exposer l’antisémitisme et le racisme en ligne qui n’est pas ou est mal géré sur les plateformes des réseaux sociaux, et particulièrement alors que la désinformation progresse », a déclaré la représentante de Floride Debbie Wasserman Schultz durant la réunion.

La représentante démocrate Debbie Wasserman Schultz. (AP/Richard Drew)

Ce groupe de travail a été annoncé en septembre.

Il est composé de Wasserman Schultz, de son collègue démocrate pour la Floride Ted Deutch, de Chris Smith et de Mario Diaz-Balart, issus du Parti républicain.

Hors des frontières américaines, c’est Michal Cotler-Wunsh, députée de Kakhol lavan, qui a été désignée par Israël ; Anthony Housefather et Marty Mortantz y officient pour le Canada ; les députés Josh Burns et Dave Sharma pour l’Australie et Andrew Percy et Alex Sobel pour le Royaume-Uni.

Le groupe se réunira une nouvelle fois fin novembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...