USA : Un groupe interparlementaire pour lutter contre l’antisémitisme en ligne
Rechercher

USA : Un groupe interparlementaire pour lutter contre l’antisémitisme en ligne

Dans ce groupe bipartisan, des élus d'Israël, d'Australie, du Canada et de GB qui établiront une politique visant à demander des comptes aux réseaux sociaux, dans le monde entier

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Debbie Wasserman Schultz, représentante Démocrate de Floride au congrès américain, lors d'une conférence de presse aux côtés de Ted Deutch, à gauche, à Fort Lauderdale, en Floride, le 5 juillet 2016 (Crédit : AP Photo/Lynne Sladky)
Debbie Wasserman Schultz, représentante Démocrate de Floride au congrès américain, lors d'une conférence de presse aux côtés de Ted Deutch, à gauche, à Fort Lauderdale, en Floride, le 5 juillet 2016 (Crédit : AP Photo/Lynne Sladky)

Des députés de la Chambre des représentants des Etats-Unis, issus des deux côtés de l’échiquier politique, ont annoncé, lundi, le lancement d’un groupe de travail qui sera chargé de lutter contre l’antisémitisme en ligne.

« Dans la mesure où les posts, sur les réseaux sociaux, ne s’arrêtent pas aux frontières internationales, les membres des législatures nationales des Etats-Unis, de l’Australie, du Canada, d’Israël et du Royaume-Uni se sont rassemblés au-delà des lignes partisanes » pour former cette coalition, a fait savoir un communiqué du bureau de Ted Deutch, membre démocrate de la chambre.

Deutch sera rejoint au sein du groupe de travail par Debbie Wasserman, Démocrate représentant la Floride, et par Chris Smith et Mario Diaz-Balart, issus du parti républicain. Hors des frontières américaines, c’est Michal Cotler-Wunsh, législatrice de Kakhol lavan, qui représentera Israël ; Anthony Housefather et Marty Mortantz représenteront pour leur part le Canada ; les députés Josh Burns et Dave Sharma représenteront l’Australie et Andrew Percy et Alex Sobel représenteront le Royaume-Uni.

Le bureau de Deutch a précisé que l’objectif poursuivi par le groupe de travail comprendrait « l’émission de messages réguliers et la mise en place d’une politique, de la part des Parlements du monde entier, qui visera à permettre que les plateformes de réseaux sociaux – notamment Twitter, TikTok, Facebook et Google – soient amenés à rendre des comptes ».

Ce membre du Congrès a déclaré au Jewish Insider que l’idée de ce groupe interparlementaire était née lors du Forum mondial de la Shoah qui avait été organisé au début de l’année à Jérusalem. Deutch a indiqué avoir quitté l’événement en se sentant « dans l’obligation de faire avancer les choses » avec notamment des actions à entreprendre pour mieux contrôler les réseaux sociaux qui, a-t-il déclaré, ne sanctionnent pas suffisamment ce phénomène.

La députée de Kakhol lavan Michal Cotler-Wunsh. (Crédit : Avishai Finkelstein)

Le groupe de travail cherchera également à faire adopter des politiques transparentes concernant les discours de haine et à sensibiliser à l’antisémitisme en ligne en particulier, a continué le communiqué.

« En travaillant avec des alliés multi-partisans dans les Parlements du monde entier, nous espérons créer de meilleures pratiques et un changement réel en ce qui concerne la part de responsabilité qu’ont les géants des réseaux sociaux dans la haine qui se manifeste sur leurs plateformes. Il est impératif de travailler ensemble pour exposer cette règle du deux poids, deux mesures », a déclaré Cotler-Wunsh.

Cette législatrice de Kakhol lavan avait pris part, le mois dernier, à la réunion d’une commission de la Knesset qui devait traiter des politiques mises en place par les réseaux sociaux sur les contenus antisémites.

Alors qu’un représentant de TikTok n’avait pas jugé utile de se montrer, Cotler-Wunsh avait critiqué avec force la plateforme de partage de vidéos, déplorant son « manque de transparence et de sens de la responsabilité », en notant que TikTok est une plateforme où « des millions d’enfants sont exposés à des contenus antisémites virulents » pendant de longues périodes de temps.

« Ils doivent rendre des comptes », avait-elle conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...