Rechercher

Un homme arrêté après que sa femme a été découverte poignardée à mort à Haïfa

Le suspect serait retourné vivre dans l'appartement quelques jours après l'expiration de l'injonction d'éloignement du domicile pour violence conjugale

Un homme est présenté devant le tribunal d'Haïfa lors d'une audience de mandat de dépôt après que le corps de sa femme aéét retrouvé poignardé dans la banlieue d'Haïfa de Kiryat Bialik le 11 octobre 2019. (Capture d'écran : Twitter)
Un homme est présenté devant le tribunal d'Haïfa lors d'une audience de mandat de dépôt après que le corps de sa femme aéét retrouvé poignardé dans la banlieue d'Haïfa de Kiryat Bialik le 11 octobre 2019. (Capture d'écran : Twitter)

Un homme israélien, déjà été accusé auparavant de violences conjugales, a été arrêté après que sa femme a été retrouvée poignardée à mort vendredi dans leur maison en banlieue d’Haïfa, selon la police.

La femme, une mère de deux enfants âgée d’une trentaine d’années, a été retrouvée par les urgentistes de Magen David Adom dans l’appartement de Kiryat Bialik avec des blessures au cou.

La police a déclaré qu’elle cherchait à établir les circonstances de la mort de la femme et que « toutes les pistes étaient envisagées ».

Le mari a été arrêté il y a plus d’un mois sur la suspicion d’avoir agressé sa femme. Il avait reçu une injonction de se tenir à distance de la famille, selon des médias israéliens, qui ont précisé qu’il était retourné vivre dans l’appartement quelques jours après l’expiration de l’injonction d’éloignement du domicile conjugal.

Il a été présenté devant le tribunal d’Haïfa vendredi après-midi pour une audience de mise en détention.

L’avocat du suspect a dit que son client avait affirmé que sa femme s’était tuée elle-même devant lui. Il nie tout crime.

« C’est une tragédie familiale, il n’a rien à voir avec ce drame. Il ne lui a clairement fait aucun mal. C’est une malencontreuse erreur de la police qui a choisi de le présenter menotté devant le tribunal au lieu de lui fournir une assistance psychologique », a déclaré Roi Keren à la chaîne publique Kan.

L’incident est intervenu une semaine après qu’un autre homme est suspecté d’avoir tué sa femme avant d’essayer de se suicider.

Eliran Malul, le suspect de cette affaire, a été transféré vers un centre de détention de l’Administration pénitentiaire vendredi après que l’hôpital Hadassah Eim Kerem à Jérusalem l’a autorisé à sortir.

Un psychiatre de l’hôpital a recommandé que Malul, âgé de 34 ans, subisse des examens psychiatriques, mais il a refusé de s’y soumettre et un tribunal a rejeté une demande de la police de lui imposer l’examen, selon le site d’information Ynet.

Malul est suspecté du meurtre de sa femme, Michal Sela, âgée de 32 ans, alors que leur fille de huit mois était à la maison. Il aurait ensuite tenté de mettre fin à ses jours.

La police a découvert le corps de Sela dans la maison du couple dans la banlieue de Jérusalem de Motza la semaine dernière avec de multiples blessures au couteau.

La fille du couple âgée de huit mois n’a pas été blessée dans l’attaque. Malul a affirmé qu’il s’agissait d’un pacte suicidaire, et non pas d’un meurtre.

Michal Sela, son mari Eliran Malul et leur bébé, sur une photo mise en ligne le 30 septembre 2019. (Facebook)

Selon des articles de journaux israéliens, il n’y a pas de preuve qu’il s’agissait effectivement d’un pacte suicidaire, et la police pense que Sela a été tuée par Malul avant qu’il ne tente de mettre fin à ses jours.

La police a précisé qu’il n’y avait pas d’antécédents de violence conjugale. Des amis et la famille ont exprimé leur choc profond après l’incident.

Jeudi, la police a déclaré au tribunal de Jérusalem que Malul avait tué sa femme dans des circonstances aggravantes qui étaient particulièrement cruelles. Il est suspecté de meurtre aggravé, de meurtre avec préméditation et d’obstruction à la justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...