Un homme d’affaires israélien soupçonné d’escroquerie aux Etats-Unis
Rechercher

Un homme d’affaires israélien soupçonné d’escroquerie aux Etats-Unis

Patrick Aloni a été arrêté à l'aéroport Ben-Gurion, accusé d'avoir arnaqué une entreprise américaine à hauteur de 24 millions de dollars dans une affaire de gants en caoutchouc

Patrick Aloni, soupçonné d'avoir escroqué 24 millions de dollars, lors d'un entretien avec i24News, le 14 mai 2014. (Capture d'écran :  i24News/Youtube)
Patrick Aloni, soupçonné d'avoir escroqué 24 millions de dollars, lors d'un entretien avec i24News, le 14 mai 2014. (Capture d'écran : i24News/Youtube)

L’homme d’affaires israélien Patrick Aloni est soupçonné d’avoir escroqué une firme américaine, lui dérobant ainsi 24 millions de dollars, selon un reportage diffusé mardi à la télévision.

L’homme d’affaires israélien avait promis de fournir des gants en caoutchouc jetables à la compagnie MSC Industry Supply Co. à un prix au rabais – un produit qui a été très demandé pendant la pandémie de coronavirus, a noté la Douzième chaîne.

Selon la division des fraudes des services de la police du district de Tel Aviv, Aloni s’était engagé à fournir 200 000 cartons de gants en nitrile fabriqués au Vietnam à l’entreprise américaine. Aloni avait demandé à MSC de transférer le paiement de la transaction sur le compte bancaire d’une firme canadienne, au mois de septembre 2020.

Après le transfert des 24 millions de dollars environ par MSC, la compagnie américaine avait réalisé avoir été escroquée. Elle était entrée en contact avec le bureau de renseignement commercial Weizman Yaar qui avait ouvert une enquête.

Les investigations avaient révélé que l’usine, au Vietnam, ne connaissait ni Patrick Aloni, ni l’entreprise à laquelle il prétendait appartenir. Elles avaient aussi permis de découvrir qu’il n’y avait eu aucun achat de gants au nom d’Aloni ou de la MSC, et que le numéro de la firme qui avait été fourni par Aloni – un numéro qui est habituellement présenté aux douanes – n’existait pas.

L’entreprise avait alors fait parvenir les résultats de l’enquête à la police israélienne, qui avait lancé de son côté des investigations. Peu après, Aloni a tenté de quitter le pays et il a été arrêté à l’aéroport Ben Gurion.

Aloni a tenté initialement d’empêcher la publication de son identité, mais la Cour a levé l’embargo imposé sur son nom à la demande de la Douzième chaîne.

Selon son mandat d’arrestation, Aloni est soupçonné d’avoir reçu des produits de manière frauduleuse et avec des circonstances aggravées. Il est aussi suspecté de délits fiscaux et de blanchiment d’argent. Lors d’une perquisition au domicile de l’homme d’affaires, la police a découvert un coffre-fort qui contenait des centaines de milliers de dollars.

Les avocats chargés de sa défense, Amos Algali et Michael Weizmann, affirment que les accusations découlent d’une « querelle commerciale » nourrie par de « fausses allégations », selon Ynet.

MSC devrait porter plainte au civil en plus de l’enquête actuelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...