Un homme meurt poignardé à Umm al-Fahm
Rechercher

Un homme meurt poignardé à Umm al-Fahm

On ne connaît pas encore le motif de l'agression ; la victime âgée de 35 ans a été déclarée morte sur place, dans une ville rongée par le crime

“Umm al-Fahm” par Ammar Younis (Crédit : autorisation de Karen Lehrman Bloch)
“Umm al-Fahm” par Ammar Younis (Crédit : autorisation de Karen Lehrman Bloch)

Mercredi, un homme a été poignardé à mort dans la ville arabe d’Umm al-Fahm dans le nord du pays.

Agé de 35 ans, l’homme n’a pas été immédiatement identifié par les autorités, alors que les circonstances du drame ne sont pas encore claires.

Les urgentistes de Magen Adom ont tenté de le réanimer après l’attaque, mais sans succès.

Umm al-Fahm, avec une population d’environ 52 000 personnes, est rongée par un très fort taux de criminalité depuis des années, y compris dans le milieu du crime organisé local.

En décembre, un jeune garçon de 14 ans a été gravement blessé dans une attaque à l’arme à feu menée depuis une moto, dans ce qui semble être un conflit sanglant entre deux organisations criminelles de la ville.

L’adolescent avait été touché alors qu’il était assis dans la voiture de sa mère qui fut criblée de balles par la moto qui passait. La police a retrouvé de nombreux impacts dans le pare-brise une fois arrivée sur place.

Egalement en décembre, des élèves et des enseignants d’un lycée d’Umm al-Fahm ont été les témoins de l’enlèvement d’un enseignant en pleine journée au début des cours. Des assaillants armés ont saisi l’enseignant pour le faire monter de force dans leur van à 8 heures du matin, alors qu’élèves et enseignants arrivaient à l’école.

Grâce à une chasse à l’homme de la police qui impliquait des barrages routiers et de nombreux agents de police, dont certains sous couverture, et un hélicoptère, le véhicule des ravisseurs avait été localisé et appréhendé. L’enseignant s’en est sorti indemne. Un des ravisseurs avait été retrouvé à bord du véhicule et conduit en garde à vue.

Au moins six personnes ont été tuées et 17 autres blessées des suites de crimes violents dans la ville en 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...