Un homme tué près de Haïfa – 3e meurtre en un jour dans la communauté arabe
Rechercher

Un homme tué près de Haïfa – 3e meurtre en un jour dans la communauté arabe

Ce résident de Jatt âgé de 22 ans a été poignardé à Baqa al-Gharbiya ; la mort survient quelques heures après des fusillades mortelles à Kafr Yasif et Jaffa

Vue de la ville arabe israélienne de Baqa al-Gharbiya. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Vue de la ville arabe israélienne de Baqa al-Gharbiya. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Un homme a été poignardé à mort mardi soir près de Haïfa, dans le nord du pays, le troisième meurtre en un jour dans la communauté arabe israélienne.

La victime, 22 ans, résidente de Jatt, a été poignardée à Baqa al-Gharbiya, a rapporté la police israélienne dans un communiqué. La police a ouvert une enquête et est à la recherche d’un suspect.

Les médias de langue hébraïque ont identifié l’homme comme étant Mohammad Watad et ont déclaré qu’il avait été transporté dans un état grave à l’hôpital Hillel Yaffe de Hadera, où les médecins ont ensuite prononcé son décès.

Ces dernières années ont vu une augmentation des meurtres et des crimes commis avec des armes à feu dans la communauté arabe israélienne. Les dirigeants arabes affirment que la police ignore largement la violence, qui comprend les querelles familiales, les guerres de territoire de la mafia, la violence domestique et les crimes d’honneur.

Un certain nombre de manifestations et de grands rassemblements ont été organisés pour protester contre ce que les Israéliens arabes considèrent comme un échec à traiter de manière adéquate la vague de violence criminelle au sein de la communauté.

Les habitants de Baqa al-Gharbiya prévoyaient d’organiser une manifestation contre la violence dans leur communauté mercredi, a rapporté le site d’information Walla.

Les images des trois récents décès ont été diffusées sur les médias sociaux.

Juste avant minuit mardi, un homme a été tué par balle à Kafr Yasif, une autre ville arabe du nord du pays. Une ambulance du Magen David Adom l’a emmené au centre médical de Galilée à Nahariya où les médecins l’ont déclaré mort.

Quelques heures auparavant, un homme avait été tué et un garçon de 12 ans avait été grièvement blessé lors d’une fusillade dans la rue Harav Rubinstein, dans le centre de Jaffa.

Des fusillades au volant de voitures et des attentats à la voiture piégée dans le cadre de guerres de gangs mafieuses ont longtemps ravagé les villes israéliennes, y compris Jaffa.

Au début de ce mois, une fillette palestinienne de 4 ans, Rafif Qara’in, résidente du quartier Issawiya de Jérusalem-Est, est morte des suites de ses blessures provoquées par une balle apparemment perdue tirée par un tireur inconnu le 21 mai dernier, selon la police. D’après un parent, la famille était en train de manger le repas traditionnel de l’iftar qui se tient chaque soir pendant le mois de jeûne du Ramadan, lorsqu’une balle l’a soudainement atteinte à la tête.

Le même soir, lors d’un incident apparemvisiblement sans lien, un garçon de 3 ans et son père ont été légèrement à modérément blessés lorsqu’un tireur masqué a ouvert le feu sur eux dans un magasin du camp de réfugiés de Shuafat.

Seuls 30 % des meurtres présumés dans la communauté arabe israélienne en 2019 – 27 sur 88 – ont été résolus, rapporte le quotidien Haaretz.

Trente-six pour cent des Arabes israéliens éprouvent un sentiment d’insécurité personnelle dans la communauté où ils vivent en raison de la violence, contre 12,8 % chez les Juifs israéliens, selon un rapport de 2019 du Fonds Abraham.

Baladna, une organisation à but non lucratif, a indiqué que les jeunes Israéliens arabes sont les plus susceptibles d’être tués au sein de la communauté – plus de la moitié des personnes assassinées sont âgées de 18 à 34 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...