Rechercher

Un Israélien, amputé des deux mains à 13 ans, champion du monde de para-Taekwondo

Assaf Yasur s'est frayé un chemin jusqu'à la victoire 6 ans après un accident, battant le champion européen en cours de route

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Assaf Yasur aux Championnats du monde de para-taekwondo à Istanbul, en Turquie, le 11 décembre 2021. (Crédit : Fédération israélienne de taekwondo)
Assaf Yasur aux Championnats du monde de para-taekwondo à Istanbul, en Turquie, le 11 décembre 2021. (Crédit : Fédération israélienne de taekwondo)

L’Israélien Assaf Yasur a remporté une médaille d’or samedi lors des Championnats du monde de para-taekwondo, qui se sont tenus à Istanbul.

Yasur, 19 ans, qui a perdu ses deux bras au-dessous du coude il y a six ans, a battu son rival turc d’un coup de pied dans la catégorie des hommes de moins de 58 kilos. Il a battu Qli Can Ozcan de 57 à 42 points pour remporter la médaille.

« Je n’ai toujours pas assimilé », a déclaré Yasur après sa victoire, en soulignant avoir affronté cinq concurrents différents dans des combats au cours de la journée pour remporter la finale. En demi-finale, il a battu le champion européen.

« Je suis heureux, et je suis la personne la plus chanceuse pour la voie que j’ai choisie, pour la médaille, et pour cette journée de folie », a déclaré Yasur.

Le ministre de la Culture et des Sports, Chili Tropper, a félicité Yasur pour son exploit, déclarant dans un communiqué qu’il est « un jeune homme merveilleux pour qui le ciel est la limite. »

Yasur a montré une fois de plus qu' »il est un cadeau pour le pays lorsqu’il a remporté la médaille d’or », a écrit Tropper, qui a noté que l’hymne israélien avait été joué.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a tweeté que Yasur n’est « pas seulement une source de fierté nationale énorme pour notre pays, mais il est aussi un rappel que la volonté peut vous emmener vers les sommets les plus élevés ».

Bien que Yasur ne se soit pas qualifié pour les Jeux olympiques de Tokyo plus tôt cette année, sa victoire à Istanbul le met sur la voie d’être un candidat solide pour les Jeux de Paris en 2024.

Noa Shmida, secrétaire générale de la Fédération israélienne de taekwondo, a également salué l’ « incroyable réussite » de Yasur. »

« Nous sommes très fiers », a déclaré Shmida dans une déclaration rapportée par la Douzième chaîne. « Assaf a été identifié par la Fédération de taekwondo comme ayant un énorme potentiel de médailles dans les grandes compétitions, les championnats du monde et les Jeux paralympiques de Paris. »

Assaf Yasur, à droite, participe aux championnats du monde de taekwondo para à Istanbul, en Turquie, le 11 décembre 2021. (Crédit : Fédération israélienne de taekwondo)

Yasur a été blessé alors qu’il n’avait que 13 ans et qu’il jouait au football avec des amis.

Leur ballon a été envoyé dans une installation d’une compagnie d’électricité près de son domicile dans le nord d’Israël.

Yasur est monté à l’intérieur pour récupérer le ballon, mais a perdu l’équilibre en sortant. Il s’est agrippé à un câble haute tension pour se stabiliser et la secousse qui en a résulté a entraîné des blessures qui ont nécessité l’amputation des deux bras au niveau du coude.

Assaf Yasur lors des championnats du monde de taekwondo para à Istanbul, en Turquie, le 11 décembre 2021. (Crédit : Fédération israélienne de taekwondo)

Dans les années qui ont suivi, il était déterminé à embrasser un sport qui ne nécessitait que l’utilisation de ses jambes, se décidant pour l’art martial coréen du taekwondo en raison de l’accent mis sur le travail des jambes, a-t-il déclaré au site d’information Ynet en 2019.

Après que son histoire a été couverte par les médias, des membres du public ont collecté un million de shekels en dons pour qu’il soit équipé de deux bras bioniques prothétiques qu’il contrôle par des signaux cérébraux.

Le taekwondo a gagné en popularité en Israël ces dernières années, Avishag Semberg ayant remporté une médaille de bronze olympique plus tôt cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...