Un journal étudiant américain fustigé pour avoir publié une caricature antisémite
Rechercher

Un journal étudiant américain fustigé pour avoir publié une caricature antisémite

The Daily Bruin, une publication étudiante de UCLA, a "manqué de jugement" selon son rédacteur en chef

Une caricature de Felipe Bris Abejon, étudiant à UCLA dans le Daily Bruin, en février 2012. (Crédit : via JTA)
Une caricature de Felipe Bris Abejon, étudiant à UCLA dans le Daily Bruin, en février 2012. (Crédit : via JTA)

Des organisations civiques et des organisations du campus, parmi lesquelles figure un groupe étudiant pro-palestinien, ont fermement condamné une caricature jugée antisémite, qui a été publiée dans le journal étudiant de l’université de Los Angeles, en Californie (UCLA).

Le dessin publié hier dans le Daily Bruin de UCLA montre Netanyahu devant deux tablettes en pierre, gravées des dix commandements. Cependant, dans le commandement « tu ne voleras point », la négation a été barrée en rouge.

Montrant du doigt un autre commandement « Tu ne tueras point », placé en septième par le dessinateur, Netanyahu hausse les épaules en disant « le numéro sept est le suivant ».

Dans le coin supérieur gauche du dessin, on peut lire en légende : « Israël adopte une loi pour légitimer la saisie de terres palestiniennes. »

Le dessinateur, Felipe Bris Abejon, un étudiant en licence de sciences politiques, était directeur de l’éducation et des ressources de la branche des Students for Justice in Palestine (SJP) à UCLA. Il s’agit d’un groupe manifestement anti-sioniste et pro-palestinien.

Dans une lettre adressée au Daily Bruin, le conseil du SJP a fermement condamné ce dessin et à souligné qu’Abejon ne faisait plus partie du mouvement.

Sur Facebook et dans des courriers adressés à l’éditeur, les critiques ont fusé. Elles soutiennent qu’en mettant en scène les sacro-saintes Tables de la Loi, le dessinateur a dépassé la poreuse frontière entre anti-sionisme et antisémitisme.

Tanner Walter, rédacteur en chef du Daily Bruin, accuse une erreur de jugement. « C’est une erreur qui aurait du être évitée à n’importe quel moment du processus, mais cela n’a pas été fait, » a expliqué Walters.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...