Rechercher

Un kaki, utilisé pour le baume de Cléopâtre et un rite au Temple, gravé sur un vieux sceau à Jérusalem

Une pierre d'améthyste, vieille de 2 000 ans et découverte lors de fouilles près du mur Occidental, serait gravée de l'image de cette plante biblique

  • Le sceau d'améthyste vieux de 2000 ans découvert lors de fouilles près du Mur occidental (Crédit : Eliyahu Yanai, Cité de David)
    Le sceau d'améthyste vieux de 2000 ans découvert lors de fouilles près du Mur occidental (Crédit : Eliyahu Yanai, Cité de David)

Un sceau en améthyste gravé de ce que l’on pense être la plus ancienne représentation d’une plante utilisée pour l’encens dans le Second Temple – et pour le parfum de Cléopâtre – a été découvert à Jérusalem.

Le sceau en améthyste vieux de 2 000 ans, conçu pour être porté en bague, comporte la gravure d’un oiseau à côté d’une branche de ce qui semble être le coûteux kaki biblique utilisé pour fabriquer le parfum.

Le sceau – représentant la plante connue sous les noms de kaki biblique, de bosem ou de baume, ou encore de baume de Galaad – a été découvert dans les pierres de fondation du mur Occidental, selon un communiqué publié jeudi.

Selon l’Autorité israélienne des antiquités (AIA), le kaki biblique n’a aucun rapport avec le fruit moderne. Il était utilisé à l’époque du Second Temple comme ingrédient pour produire l’encens, le parfum et d’autres baumes et médicaments du temple.

L’historien juif du 1er siècle, Josephus Flavius, a écrit que Marc-Antoine avait offert à Cléopâtre de précieux bosquets de kaki qui avaient appartenu au roi Hérode. Les spécialistes pensent que c’était pour qu’elle puisse disposer d’un approvisionnement illimité du coûteux baume extrait de la plante.

Certains experts pensent que la plante a été offerte au roi Salomon par la reine de Saba, selon l’AIA.

Le sceau d’améthyste vieux de 2000 ans découvert lors de fouilles près du Mur occidental (Crédit : Eliyahu Yanai, Cité de David)

Les chercheurs Eli Shukron, le professeur Shua Amorai-Stark et Malka Hershkovitz ont déclaré dans le communiqué que le sceau représente un oiseau, probablement une colombe, et une branche épaisse portant cinq fruits, qu’ils pensent être le kaki.

« Il s’agit d’une découverte importante car c’est peut-être la première fois que l’on découvre dans le monde entier un sceau avec une gravure de cette plante précieuse et célèbre, dont nous ne pouvions jusqu’à présent lire que des descriptions historiques », a déclaré Malka Hershkovitz, qui a effectué les fouilles où le sceau a été trouvé dans les fondations du mur Occidental au nom de l’AIA et de la Cité de David.

Shukron a ajouté qu’on attribuait au baume des propriétés magiques et cérémonielles, ce qui explique pourquoi il était utilisé comme ingrédient de l’encens du Temple à l’époque où le sceau a été fabriqué.

Amorai-Stark a déclaré que des timbres avaient déjà été trouvés avec des gravures de plantes, mais que c’était la première fois que l’on trouvait un timbre représentant une branche chargée de fruits, ce qui les a amenés à supposer qu’il s’agissait du kaki biblique.

« Vers la fin de la période du Second Temple, l’utilisation de timbres en pierre s’est étendue et est devenue plus courante, mais dans la plupart des timbres découverts jusqu’à présent avec des gravures de plantes, il est courant de trouver des plantes qui étaient courantes en Israël à l’époque : la vigne, les dattes et les olives, qui font partie des sept espèces. Mais sur ce sceau en pierre, nous avons immédiatement remarqué que le fruit qui y figure ne ressemble à aucun des fruits que nous avons rencontrés jusqu’à présent », a déclaré Amorai-Stark.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...