Un médecin aux antécédents de violence conjugale, accusé du meurtre de sa femme
Rechercher

Un médecin aux antécédents de violence conjugale, accusé du meurtre de sa femme

Les procureurs affirment que Giora Praff a tiré 5 fois sur sa femme, dont 2 dans la nuque alors qu'elle était au sol ; pour les avocats de la défense les tirs étaient accidentels

Docteur Giora Praff durant une interview sur la Première chaîne, en 2012. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Docteur Giora Praff durant une interview sur la Première chaîne, en 2012. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Les procureurs ont inculpé lundi Giora Praff pour le meurtre aggravé de son épouse Esti Ahronovitz, après qu’elle a été retrouvée assassinée par balle le mois dernier chez eux dans le sud du pays.

Selon l’acte d’accusation déposé devant le tribunal de district de Beer Sheva, Praff, 65 ans, a tiré à cinq reprises sur sa femme, dont deux balles dans la nuque alors qu’elle était étendue sur le sol. Praff nie avoir délibérément tué Ahronovitz, 70 ans, et affirme que l’arme a été déchargée accidentellement au cours d’une bagarre au sujet de son arme.

Praff est un médecin humanitaire bien connu qui a participé à plusieurs missions d’aide internationale et a été le premier membre israélien de la Croix-Rouge.

Il était bien considéré en Israël, aux États-Unis et dans d’autres pays, mais il a avoué avoir commis des violences domestiques et a été accusé de harcèlement criminel, d’agression et de harcèlement.

Esti Ahronovitz, dont le mari est suspecté de son meurtre, le 3 novembre 2019. (Facebook)

En 1993, il a plaidé coupable d’avoir battu sa première femme, Heidi Praff, selon les archives publiques du Maryland.

Ahronovitz était la troisième femme de Praff. Elle a été retrouvée morte dans la petite localité de Talmei Eliyahu, dans le sud de la région d’Eshkol. Elle laisse quatre enfants et neuf petits-enfants et avait travaillé comme professeure de musique dans une école primaire avant de prendre sa retraite.

Selon l’acte d’accusation, Ahronovitz a entamé une action en justice contre son mari dans le cadre d’un litige financier concernant les dépenses du ménage. Praff est parti en voyage à l’étranger pendant les 10 jours qui ont précédé le meurtre, au cours desquels Ahronovitz a commencé à déménager ses affaires dans une pièce séparée de leur maison et a également caché son arme.

Lorsque Praff est rentré chez lui, Ahronovitz l’a informé qu’elle ne lui rendrait l’arme qu’après son départ, indique l’acte d’accusation.

Le jour du meurtre, Praff a pris possession de l’arme et a tiré à cinq reprises sur sa femme. Il l’a laissée se vider de son sang par terre et s’est enfui avec sa voiture.

Arrestation d’un homme soupçonné du meurtre de sa femme, à Talmei Eliyahu le 3 novembre 2019. (Crédit : capture d’écran Kan)

Selon les procureurs, le meurtre d’Ahronovitz était prémédité. Toutefois, l’accusé soutient que l’arme s’est déclenché lors d’une dispute avec sa femme après qu’il a fait ses valises et prévu de partir dans le cadre de la procédure de divorce.

L’avocat de Praff, Tsiki Feldman, a déclaré à la Douzième chaîne de télévision que la mort d’Ahronovitz était due à « un tragique et malheureux incident où des coups de feu sont partis, de manière incontrôlée ».

Le médecin a été appréhendé lorsque sa voiture s’est retournée sur le bord de la route dans la région, quelques heures après que le corps de sa femme a été découvert et que la police tentait de le joindre. Lors de la fouille du véhicule, la police a trouvé l’arme à feu, de la drogue et de l’argent en devises étrangères d’une valeur d’environ 700 000 shekels (environ 175 000 euros), a indiqué Haaretz.

Les procureurs ont demandé à ce qu’il soit placé en détention provisoire jusqu’à la fin du procès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...