Un médecin israélien anti-vax définitivement interdit d’exercer
Rechercher

Un médecin israélien anti-vax définitivement interdit d’exercer

Arieh Avni, qui avait récemment dit que "ceux qui administrent un vaccin sont, à mes yeux, des Mengele", aurait contrefait des certificats d'immunisation contre rémunération

Arieh Avni. (Capture d'écran : YouTube)
Arieh Avni. (Capture d'écran : YouTube)

Le ministère de la Santé a annoncé mardi qu’un médecin avait perdu définitivement le droit d’exercer son métier. Ce dernier s’était distingué par sa négation virulente de l’existence de la COVID-19. Il s’oppose à la vaccination et aurait contrefait des certificats d’immunisation et délivré des exemptions non-justifiées de port du masque.

Arieh Avni dirige un site internet qui bénéficie d’une grande popularité au sein de la communauté anti-vax, où il a posté une multitude d’articles propageant des théories du complot au sujet du coronavirus et de la campagne de vaccination entreprise en Israël. Il a également diffamé de manière répétée les responsables de la santé israéliens. Il est aussi responsable de la page Facebook « La médecine correcte : docteur Arieh Avni, » où il présente des publications très partagées soutenant ses théories.

Avni a récemment déclaré que « ceux qui administrent le vaccin sont, à mes yeux, des Mengele », n’hésitant pas à faire référence au tristement célèbre médecin qui officiait dans les camps de la mort nazis.

Selon la Treizième chaîne, Avni a ouvert une clinique à Bnei Brak où il a continué à répandre de fausses informations sur le virus et offert, contre rémunération, de faux certificats d’immunisation et de fausses exemptions justifiant le non-port du masque.

Des Israéliens reçoivent une injection de vaccin anti-COVID-19 à Tel Aviv, dans une unité mobile de vaccination sur la plage, le 20 février 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Selon un jugement du magistrat à la retraite Amnon Strashnov, nommé par le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, pour superviser le dossier, Avni pose un danger pour la santé publique.

« Il est indubitable que les déclarations hostiles et éhontées d’Avni, dans les articles publiés sur son site internet, sur Facebook et, plus récemment, sur YouTube, dénonçant la vaccination contre le coronavirus, représentent un réel danger pour la sécurité et pour la santé publiques », a écrit Strashnov.

« Ajoutez à cela des déclarations incontrôlées, sans fondement à l’égard de la communauté médicale et des responsables du ministère de la Santé – des déclarations qui vont bien au-delà de ce qui peut être raisonnable et autorisé dans le cadre de la liberté d’expression, une valeur importante et protégée dans une société démocratique – et nous avons alors un encouragement réel à l’anarchie la plus totale de la part d’un homme qui se vante d’avoir le titre de ‘médecin’, » a-t-il continué.

Les hésitations et le scepticisme face au vaccin sont devenus une inquiétude croissante, ces dernières semaines, avec le ralentissement de la campagne de vaccination au sein de l’Etat juif, pourtant unique au monde.

Des dizaines de personnes ont pris part à une manifestation, la semaine dernière à Tel Aviv, contre la « coercition » – un concept largement utilisé par les anti-vax.

Lors de ce rassemblement, un certain nombre de personnes ne portaient pas le masque et des comparaisons ont été faites entre la campagne d’immunisation dans le pays et les lois nazies. Des manifestants arboraient une étoile jaune portant la mention « non-vacciné » pour faire, selon eux, un parallèle avec le signe distinctif qui avait été imposé aux Juifs par les nazis pendant la Shoah.

Des Israéliens portant des étoiles de David avec la mention « non-vacciné » lors d’une manifestation contre le vaccin à Tel Aviv, le 15 février 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

Au début du mois, Facebook avait annoncé avoir supprimé un groupe privé qui faisait la promotion de théories du complot au sujet des vaccins contre le coronavirus. Ces dernières semaines, le groupe avait vivement recommandé à ses milliers de membres de prendre rendez-vous pour se faire administrer le vaccin, des rendez-vous annulés ensuite à la dernière minute, obligeant les caisses d’assurance-santé à jeter les doses inutilisées, a expliqué la firme dimanche.

Facebook avait indiqué que la communauté avait violé ses règles concernant les infox.

La suppression du groupe était survenue après la demande présumée du ministère de la Santé auprès des autorités de Facebook d’enlever les posts des anti-vax qui se vantaient de leurs exploits. Le géant des réseaux sociaux avait promis, dans le passé, de bannir les anti-vax et les personnes transmettant des infox au sujet de la vaccination de sa plateforme, mais il avait été dans l’incapacité de le faire jusqu’à une date récente.

Le groupe, qui comptait plus de 12 000 abonnés, présentait de fausses informations sur le virus et sur l’efficacité et la sûreté des vaccins, des vidéos reprenant des théories du complot et il proposait des initiatives pour entraver la campagne de vaccination en Israël.

Quelques jours plus tard, Facebook avait supprimé un autre groupe lié au rabbin populaire en Israël Amnon Yitzhak, qui aidait à propager des infox sur la pandémie et sur la vaccination.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...