Un Palestinien tué dans des affrontements avec l’armée à Hébron
Rechercher

Un Palestinien tué dans des affrontements avec l’armée à Hébron

De violentes manifestations contre le déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem ont éclaté en Cisjordanie et le long de la frontière de Gaza

Les gardes-frontières israéliens dans une rue durant des affrontements avec des manifestants palestiniens protestant contre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 mars 2018 (Crédit :  / AFP PHOTO / ABBAS MOMANI)
Les gardes-frontières israéliens dans une rue durant des affrontements avec des manifestants palestiniens protestant contre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 mars 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / ABBAS MOMANI)

Un Palestinien est mort dans des affrontements survenus vendredi avec l’armée israélienne dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, a fait savoir le ministère palestinien de la Santé alors que des centaines de Palestiniens ont manifesté pour montrer leur opposition à la relocalisation de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Mohammed al-Jabari, 24 ans, a été blessé par balles durant les affrontements et il est mort à l’hôpital, a fait savoir le ministère.

L’armée israélienne a indiqué qu’une « émeute » avait éclaté à Hébron et que les manifestants avaient attaqué les soldats.

« Les soldats ont tiré des balles réelles vers l’un des principaux instigateurs qui tenait à la main un cocktail Molotov qu’il avait l’intention de lancer violemment », a indiqué un porte-parole, ajoutant qu’une enquête a été ouverte.

Certains médias palestiniens ont fait savoir que Jabari était sourd. L’agence de presse officielle palestinienne, Wafa, a expliqué qu’il était handicapé sans donner d’autres détails. Au mois de décembre, l’armée israélienne avait tué un homme amputé de ses jambes et qui manifestait à proximité de la bande de Gaza, avaient dit les responsables palestiniens, causant l’indignation de la communauté internationale.

Au cours de ces mouvements de protestation violents, les Palestiniens ont jeté des pierres et des cocktails Molotov aux soldats qui ont répondu en utilisant des moyens de dispersion. Aucun blessé n’est à déplorer du côté des militaires.

Deux autres Palestiniens auraient été blessés par balles dans des échauffourées survenues aux abords de Ramallah en Cisjordanie, tandis que des affrontements violents ont également été rapportés le long de la clôture frontalière avec Gaza.

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza a fait savoir que quatre personnes avaient été blessées, dont l’une grièvement.

Un manifestant palestinien saute au-dessus d’un champ de cactus durant des affrontements avec l’armée israélienne à proximité de Khan Yunis, à la frontière entre Israël et le sud de la bande de Gaza, le 9 mars 2018 (Crédit : AFP/Said Khatib)

Les groupes palestiniens ont appelé à affronter les forces israéliennes pour protester contre la décision prise par l’administration américaine de reconnaître Jérusalem en tant que capitale israélienne et de relocaliser l’ambassade américaine dans la ville.

Le 6 décembre, le président américain Donald Trump avait renoncé à des décennies de politique étrangère américaine en reconnaissant officiellement Jérusalem en tant que capitale israélienne et en faisant avancer l’initiative d’y transférer l’ambassade américaine depuis Tel Aviv.

Au mois de février, l’administration Trump a annoncé qu’elle ouvrirait son ambassade à Jérusalem au mois de mai 2018 pour coïncider avec le 70ème anniversaire de l’indépendance israélienne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a invité le président américain en Israël pour cette occasion.

La décision de Trump, qui a été saluée par Israël, a été condamnée par les leaders et les ministres des Affaires étrangères du monde entier, qui ont dit que le statut de la ville devait être déterminé par le biais de négociations entre Israël et les Palestiniens. Un certain nombre de chefs musulmans avaient averti que cette initiative pourrait entraîner des violences.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...