Un policier qui travaillait à l’hôpital de Tel Aviv décède du COVID-19
Rechercher

Un policier qui travaillait à l’hôpital de Tel Aviv décède du COVID-19

Michael Levy, 55 ans, commandant de l’unité policière du centre médical d'Ichilov, laisse derrière lui cinq enfants

Michael Levy. (Capture d'écran : Twitter)
Michael Levy. (Capture d'écran : Twitter)

Michael Levy, commandant de l’unité policière présente à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv et qui aurait été en contact avec un certain nombre de patients touchés par le coronavirus dans l’exercice de ses fonctions, est décédé samedi du COVID-19.

Levy, 55 ans, résident de Bnei Brak et père de cinq enfants, aurait perdu connaissance à la synagogue pendant les prières de Yom Kippour il y a deux semaines. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital, où les médecins lui ont diagnostiqué le coronavirus et une hémorragie intracérébrale – peut-être conséquence de sa chute à la synagogue –, a rapporté le site d’information ultra-orthodoxe Behadrei Haredim.

Levy a été placé sous anesthésie et sous respirateur. Son état s’est ensuite détérioré et les médecins ont prononcé sa mort samedi.

Commandant de la présence policière à l’hôpital Ichilov, Levy a été en contact avec des patients atteints de coronavirus qui y étaient soignés. Cependant, il n’a pas été déterminé qu’il avait été contaminé à l’hôpital, ou ailleurs.

Dans une interview avec Behadrei Haredim, un membre du personnel de l’hôpital qui a travaillé avec Levy a déclaré « qu’il y avait toujours un sourire sur son visage, on ne le voyait jamais triste ».

Le salarié a ajouté que Levy « était jeune, à la fois en termes d’âge et dans son esprit. C’est très triste ».

Dimanche matin, le nombre de cas de coronavirus en Israël depuis le début de la pandémie s’élevait à 290 003, dont 62 133 actifs. Il y a 825 personnes dans un état grave, dont 214 sous respirateur, et 300 patients moyennement malades.

Le bilan des morts s’est maintenu à 1 914 depuis samedi soir.

Israël fait l’objet d’un confinement national depuis trois semaines visant à contenir la deuxième vague de pandémie qui fait rage et qui a, à un moment donné, causé jusqu’à quelque 9 000 cas quotidiens.

Cependant, le nombre de cas quotidiens et le pourcentage de tests positifs ont diminué ces derniers jours, suite aux restrictions drastiques imposées au public.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...