Un professeur a demandé à ses étudiants de calculer les doses des chambres à gaz
Rechercher

Un professeur a demandé à ses étudiants de calculer les doses des chambres à gaz

Jeff Byers, un professeur de chimie de l'université américaine de Middlebury, a été mis en congé le temps de l'enquête menée par sa hiérarchie

Chambre à gaz Stutthof
Chambre à gaz Stutthof

Un professeur de chimie de l’université d’Etat du Vermont, aux Etats-Unis, est visé par une enquête pour avoir demandé à ses étudiants lors d’un examen de calculer la dose létale du gaz empoisonné qui était utilisé dans les chambres à gaz nazies pendant la Shoah.

Le professeur Jeff Byers a été mis en congé de l’université Middlebury durant la durée de l’enquête pour mauvaise conduite vis-à-vis de la politique de l’établissement.

« Cet inexplicable manque de jugement banalise l’un des événements les plus tragiques de l’histoire mondiale, enfreint des valeurs centrales de l’institution, et n’a tout simplement aucune place sur notre campus, a déclaré la président de Middlebury Laurie L. Patton dans un communiqué publié plus tôt ce mois. Nous attendons de nos professeurs qu’ils enseignent et encadrent avec intelligence, bon sens et maturité. Dire que ce n’était pas le cas ici est un euphémisme. »

« Middlebury a condamné, comme elle le fera toujours, tout acte antisémite ou raciste intentionnel ou non, tout comme nous condamnerons tout autre acte de préjugé ou de discrimination », a déclaré Patton.

Cette photo du 31 août 2017 montre une pancarte de l’université Middlebury sur le campus de Middlebury dans le Vermont. (AP Photo/Wilson Ring, File)

Une enquête de l’établissement sur d’autres devoirs donnés par Byers a révélé une autre question douteuse posée à un examen au cours de l’année scolaire dernière qui traitait du Ku Klux Klan avec humour.

Byers a présenté ses excuses pour ces questions dans un communiqué publié le 10 avril.

« Je m’excuse et j’assume l’entière responsabilité de mes actes lors de deux examens de l’année dernière qui contenaient des questions qui étaient clairement offensantes, blessantes et injurieuses pour nos étudiants. Je n’ai pas à offrir d’autre explication pour mes actes que la négligence. Mes étudiants sont venus dans mon cours avec la confiance que je leur donnerais un environnement d’apprentissage favorable pour un programme exigeant. J’ai trahi leur confiance, et en faisant cela, j’ai mis en danger leur capacité à se focaliser sur l’apprentissage du sujet traité auquel j’ai consacré ma carrière d’enseignant », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il allait « passer les prochaines moins à réfléchir en profondeur sur les choix effectués ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...