Un rassemblement de soutien au soldat de Hébron à Tel Aviv agace les politiciens
Rechercher

Un rassemblement de soutien au soldat de Hébron à Tel Aviv agace les politiciens

Livni dit qu’Israël a besoin de leadership, pas de chanteurs qui flattent le populisme ; les artistes qui se produisent mardi défendent leur décision ; le soldat devrait être inculpé pour homicide involontaire

Un soldat israélien accusé d'avoir tué un terroriste palestinien à Hébron, pendant une audition devant la cour, à Jaffa, le 7 avril 2016. (Crédit : Flash90)
Un soldat israélien accusé d'avoir tué un terroriste palestinien à Hébron, pendant une audition devant la cour, à Jaffa, le 7 avril 2016. (Crédit : Flash90)

Un rassemblement de soutien à un soldat qui a abattu un attaquant palestinien désarmé à Hébron le mois dernier déclenche une tempête politique, certains se demandant quels dommages il peut causer à l’image de l’armée israélienne.

La députée Tzipi Livni (Union sioniste) a déclaré dimanche que « nous vivons dans un pays où l’on ne pend pas les gens en place publique et où on ne les acquitte pas en place publique. La justice prévaudra au tribunal. »

Piquant le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui est resté plutôt silencieux sur le sujet qui a saisi le public israélien depuis le mois dernier, elle a ajouté : « Ce dont Israël a besoin n’est pas un groupe d’artistes qui chanteront sur ce que leur public veut entendre, mais d’un chef qui se tient devant eux et soutient l’armée israélienne, ses commandants, son éthique et le système judiciaire. »

Le député Ofer Shelah, du parti Yesh Atid, a déclaré que le sujet avait libéré « une attaque sans précédent contre la capacité de l’armée israélienne à agir et sur la capacité de ses commandants à donner des ordres aux soldats. »

Ofer Shelah à la Knesset en février 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Ofer Shelah à la Knesset en février 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Personnellement, je pense à ce soldat, mais il est jugé pour un crime très grave, et s’il ne l’était pas, l’armée israélienne ne serait pas l’armée que nous connaissons », a écrit Shelah sur Facebook.

Plusieurs chanteurs connus devraient se produire pendant le rassemblement, comme Eyal Golan et David Dor, et le rappeur Subliminal.

Erel Margalit, également de l’Union sioniste, a appelé Golan à annuler sa prestation.

« Ne passez pas d’un chanteur national à un chanteur nationaliste. Je vous appelle à annuler cette prestation qui affaiblit l’armée israélienne », a-t-il déclaré.

La manifestation sur la place Rabin de Tel Aviv, qui devrait attirer une grande foule, a été organisée par la famille du soldat ainsi que par l’ancien député Sharon Gal.

Un soldat israélien chargeant son arme avant de sembler tirer à la tête sur un assaillant palestinien au sol, apparemment désarmé, à la suite d'une attaque au couteau à Hébron, le 24 mars 2016. (Crédit : capture d'écran B'TSelem)
Un soldat israélien chargeant son arme avant de sembler tirer à la tête sur un assaillant palestinien au sol, apparemment désarmé, à la suite d’une attaque au couteau à Hébron, le 24 mars 2016. (Crédit : capture d’écran B’TSelem)

Le soldat, dont le nom est toujours interdit à la publication, devrait être inculpé pour homicide involontaire lundi. Il a été filmé en train de tirer à la tête sur Abdel Fattah al-Sharif le 24 mars, plusieurs minutes après une attaque au couteau menée par Sharif et un autre assaillant, qui a blessé modérément un soldat à Tel Rumeida, une enclave israélienne de Hébron, en Cisjordanie. Un officier présent sur place a tiré sur les deux hommes pendant l’attaque, l’un est mort, et Sharif avait été blessé.

Le soldat affirme qu’il pensait que Sharif pouvait porter une veste explosive et qu’il avait tiré par peur qu’il n’active la bombe. Les procureurs militaires auraient déclaré que le comportement du soldat sur les lieux n’indiquait pas de telles inquiétudes.

Le soldat, qui a abattu Sharif 10 minutes après sa neutralisation, a été arrêté par la police militaire, mais est sorti de prison pour être en détention surveillée sur une base militaire, en plein scandale politique sur ses actions et la réponse de l’armée.

Le procureur Adoram Reigler a déclaré la semaine dernière à la cour que l’armée avait rassemblé assez d’éléments pour avancer l’inculpation d’homicide involontaire contre le soldat, selon le site d’information Ynet.

Des politiciens de droite et la famille du soldat avaient affirmé qu’il était « lynché » par les médias, et des manifestants avaient appelé à sa libération.

Le rappeur Subliminal avait fait écho à ce sentiment dimanche soir, en défendant sa décision de se produire au rassemblement pendant un entretien télévisé, il avait accusé les médias de diffamer le soldat.

Kobi Shimoni, le rappeur Subliminal. (Crédit : Wikimedia)
Kobi Shimoni, le rappeur Subliminal. (Crédit : Wikimedia)

« C’est un bon garçon qui est devenu un soldat exceptionnel. Je m’imagine à sa place. Il se retrouve dans une situation où il voit son ami poignardé. Ensuite vous avez un terroriste, pas attaché, avec une veste épaisse, et qui a bougé. Personne ne veut imaginer ce qu’il serait arrivé s’il avait pressé le bouton [d’un détonateur] et nous aurions maintenant 20 [soldats] morts », a-t-il déclaré.

« Je pense qu’il était dans une situation impossible et a ressenti un danger immédiat », a-t-il continué, ajoutant qu’il est « en colère parce que [le soldat] est sacrifié sur l’autel des médias. »

Les terroristes devraient être tués immédiatement, pas 11 minutes plus tard, a déclaré le rappeur.

David Dor a publié un long communiqué de presse sur sa participation à cet évènement, déclarant que nous devrions laisser le processus judiciaire prendre place mais que la responsabilité du meurtre ne repose pas uniquement sur les épaules du soldat.

« Vous ne pouvez pas ruiner la vie d’un jeune soldat sans que le système qui l’a produit ne prenne aussi ses responsabilités », a-t-il déclaré, ajoutant que « pour emprunter au règne animal, avec mes excuses, quand vous entraînez un chien à attaquer et tuer, le chien attaquera et tuera. Vous ne pouvez pas simplement accuser le chien. C’est ceux qui l’ont entraîné à attaquer [qui sont responsables]. »

Dor a déclaré que les évènements des derniers mois, où une vague de violence a amené des attaques au couteau quotidiennes contre des Israéliens, avaient contribué à la confusion sur ce qu’il fallait faire.

« Dans certains cas vous êtes un héros [pour avoir tué un terroriste], dans un autre, vous êtes un meurtrier. Nous devons être plus clairs, particulièrement vis-à-vis de nous-mêmes. »

Eyal Golan chante 'Always My No. 1.' (Crédit : capture d'écran EyalGolanOfficial/YouTube)
Eyal Golan chante ‘Always My No. 1.’ (Crédit : capture d’écran EyalGolanOfficial/YouTube)

Eyal Golan a également publié un communiqué disant que le soldat était « comme notre fils à tous, je viens le soutenir, lui et sa famille. »

Jeudi, la mère du soldat a imploré en public Netanyahu pour obtenir la libération de son fils.

Dans une lettre envoyée au Premier ministre et citée par la Deuxième chaîne, elle a écrit : « Je vous demande maintenant, en tant que mère d’un combattant, de faire tout ce que vous pourrez pour vous assurer que mon fils rentre à la maison. »

« Assez est assez, je vous écris avec les mains tremblantes, avec une boule dans la gorge, [alors que] ma famille se déchire. Chaque moment sans mon fils nous affaiblit », a-t-elle écrit.

« Est-il approprié qu’un combattant qui a neutralisé un terroriste sur le site d’une attaque soit détenu pendant presque un mois ? », a demandé la mère du soldat, exprimant son indignation devant l’accusation d’homicide involontaire.

« Homicide involontaire, pour l’amour de Dieu, pour avoir neutralisé un terroriste ! Est-il concevable qu’un combattant dévoué, droit, acclamé, soit accusé d’homicide involontaire, pendant votre mandat, pour avoir tirer sur un terroriste ? », a-t-elle demandé dans sa lettre à Netanyahu.

Le chef de l’Etat-major, Gadi Eizenkot, a été critiqué pour avoir décidé d’enquêter sur l’incident, et le ministre de la Défense Moshe Yaalon a lui aussi été attaqué quand il a soutenu le dirigeant militaire et a condamné l’acte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...