Un réseau iranien aurait tenté d’appuyer les manifestations anti-Netanyahu
Rechercher

Un réseau iranien aurait tenté d’appuyer les manifestations anti-Netanyahu

C'est Facebook qui l'a annoncé, disant avoir supprimé des comptes en hébreu transmettant des Infox ; les groupes à la tête du mouvement fustigent des "incitations"

Un écran d'ordinateur affiche le logo du site de réseau social Facebook, le 22 mars 2018. (AFP Photo/Oili Scarff)
Un écran d'ordinateur affiche le logo du site de réseau social Facebook, le 22 mars 2018. (AFP Photo/Oili Scarff)

Facebook a fait savoir, jeudi soir, que la firme avait supprimé un réseau de comptes sur sa plateforme mais aussi sur Instagram qui étaient impliqués dans une campagne d’infox en direction des Israéliens et dont certains, notamment, soutenaient le mouvement de protestation populaire dénonçant Benjamin Netanyahu.

La firme a fait savoir qu’elle avait ainsi supprimé « 12 comptes sur Facebook, deux pages et 307 comptes Instagram liés à l’EITRC, une entreprise de technologies de l’information basée à Téhéran. Cette activité était menée depuis l’Iran et elle visait avant tout Israël, et également l’Irak. Ce réseau commençait tout juste à se créer un public lorsque nous l’avons fait disparaître ».

Sur ces différentes pages internet, des mèmes, des images et autres contenus en hébreu et en arabe, avec aussi « les manifestations anti-Netanyahu en Israël, des critiques des politiques du Premier ministre et de sa réponse à la pandémie ».

L’un des comptes s’appelait « Drapeaux noirs II » en référence au mouvement de protestation éponyme. Les « Drapeaux noirs » sont l’un des groupes à la tête des manifestations massives dénonçant Netanyahu pour ses mises en examen pour corruption et pour ses attaques contre les institutions démocratiques.

Facebook a aussi noté qu’il avait supprimé un deuxième réseau venant de l’Iran dont les comptes « se concentraient sur les activités de l’Arabie saoudite au Moyen-Orient et sur des affirmations sur un massacre présumé qui aurait eu lieu lors de l’Eurovision, un concours de chansons internationale, lorsqu’il avait été accueilli en Israël en 2019 ».

Le parti du Likud de Netanyahu a répondu à cette révélation en attaquant le mouvement de protestation.

« Le régime obscurantiste de l’Iran soutient les manifestants de gauche. Leur objectif est commun : c’est renverser Netanyahu ».

Il a ajouté que « l’Iran, qui tente de détruire Israël en acquérant des armes atomiques et en armant les ennemis qui nous entourent, investit dans les efforts visant à renverser le Premier ministre Netanyahu parce que la république islamique sait très bien que Netanyahu, au fil des années, s’est dressé contre ces tentatives, tel un mur fortifié ».

Manifestation d’Israéliens contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 31 octobre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les Drapeaux noirs ont déclaré en réponse « qu’après que le Likud nous ait qualifiés d’extraterrestres et d’anarchistes, maintenant, Netanyahu affirme que nous sommes des envoyés de l’Iran. Jamais un Premier ministre en Israël ne s’est livré à un si grand nombre d’incitations à l’encontre des citoyens du pays ».

Le groupe a appelé les Israéliens à se rassembler massivement lors des prochaines manifestations qui sont prévues samedi soir.

Ces suppressions faites par Facebook entrent dans le cadre de l’élimination de 14 réseaux qui, selon l’entreprise, se sont livrés à des « comportements inauthentiques cordonnés » à travers le monde. La firme a récemment commencé à diffuser des mises à jour périodiques sur ses efforts de lutte contre la désinformation et les Fake News sur ses plateformes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...