Un saboteur du Hamas arrêté en train de vandaliser la clôture de Gaza
Rechercher

Un saboteur du Hamas arrêté en train de vandaliser la clôture de Gaza

Selon l'armée israélienne, l'incident "fait partie d'un vaste plan du Hamas visant à donner à transformer la barrière frontalière en zone de combat"

L’armée israélienne a repéré un agent du Hamas qui aurait tenté de saboter une caméra de sécurité près de l’ancien point de passage de Karni, à la frontière de Gaza, sous un épais brouillard, dimanche, en début de matinée.

Malgré les conditions météorologiques, les soldats ont suivi les mouvements du saboteur et l’ont arrêté après qu’il ait cassé le poteau sur lequel reposait la caméra.

L’unité du porte-parole de Tsahal a diffusé des images vidéo de la tentative de sabotage de la barrière frontalière.

« Il s’agit d’un nouvel acte terroriste », a déclaré l’armée israélienne, expliquant que « le Hamas tente de s’infiltrer en territoire israélien et de nuire à la population israélienne. Cela fait partie d’un vaste plan du Hamas visant à donner à ses actions terroristes une couverture civile et à transformer la barrière frontalière en zone de combat ».

Le communiqué ajoute : « Tsahal est déterminé à assumer sa responsabilité de défendre les citoyens d’Israël, et ne permettra pas que l’infrastructure de sécurité qui les protège soit endommagée ».

L’incident intervient dans le cadre de semaines de manifestations organisées par les Gazaouis à la frontière, avec le soutien du Hamas. Les manifestants, dont beaucoup ont été envoyés par le Hamas, dénoncent le blocus d’Israël sur la bande de Gaza et appellent à supprimer la frontière et à « libérer la Palestine ».

Les émeutiers ont brûlé des pneus, lancé des bombes incendiaires et des pierres sur les soldats israéliens, fait voler des cerfs-volants enflammés au-dessus de la frontière et tenté à plusieurs reprises de saboter la clôture de sécurité.

Plusieurs douzaines de Gazaouis ont été tués dans les affrontements, notamment par des tirs à balles réelles de tireurs d’élite israéliens. Le recours aux tirs à balles réelles a suscité des critiques à l’échelle internationale.

L’armée a déclaré que ses soldats n’ouvrent le feu que sur les manifestants qui recourent à la violence ou qui tentent de franchir la barrière séparant le territoire d’Israël. Des vidéos palestiniennes ont fait leur apparition qui prétendent montrer des soldats tirant sur des manifestants qui ne représentaient pas une menace. L’armée a accusé le Hamas de fabriquer les vidéos ou de ne diffuser que des séquences partielles.

L’armée a déclaré que le Hamas utilise les manifestations comme couverture pour endommager la barrière frontalière et se prépare à pénétrer dans le pays pour y mener des attaques.

Le Hamas a reconnu que cinq de ses terroristes faisaient partie des victimes après la manifestation du premier vendredi, mais s’est depuis lors abstenu de révéler si ses membres faisaient partie des morts. Israël a identifié d’autres victimes comme membres de groupes terroristes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...