Un tribunal rabbinique nie la judaïté d’un homme, mais pas celle de sa sœur
Rechercher

Un tribunal rabbinique nie la judaïté d’un homme, mais pas celle de sa sœur

L'organisation ITIM s'oppose à la décision dans une lettre adressée au Av Beth Din ; le juge aurait rejeté un courrier du Beth Din d'Amérique attestant de la religion de l'homme

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Entrée du tribunal rabbinique de Tel-Aviv (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Entrée du tribunal rabbinique de Tel-Aviv (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Un tribunal rabbinique a refusé de reconnaître la judaïté d’un Israélien américain, alors qu’il avait reconnu la conversion de sa sœur il y a plus de vingt ans, d’après ITIM, l’organisation qui le représente.

L’homme, dont la famille avait quitté la Californie pour Israël, avait par ailleurs vu sa judaïté confirmée par le Beth Din d’Amérique, une attestation rejetée par la tribunal rabbinique en dépit des directives du Grand-rabbinat, a accusé ITIM dans une lettre adressée au Grand-rabbin ashkénaze d’Israël, David Lau, ce mardi.

Sa mère et sa sœur s’étaient converties au judaïsme en Californie en janvier 1980 — avant sa naissance — et il a grandi dans un foyer orthodoxe, a fait savoir l’ITIM. Le tribunal rabbinique de Tel Aviv avait reconnu le judaïsme de sa sœur en 1996, lui permettant ainsi de se marier dans le pays où les questions liées à la vie personnelle sont traitées par le Grand-rabbinat.

En dépit des documents soumis au tribunal, le juge rabbinique n’a pas approuvé sa judaïté en vue d’un mariage, a fait savoir l’organisation.

L’ITIM avait déposé une requête demandant une extension du délai autorisé pour faire appel, mais elle s’est vue également rejetée sans explication, selon l’organisation, accusant les juges d’avoir fait passer les questions de procédure avant la quête de justice.

Le rabbin Seth Farber qui dirige l’ITIM a vivement dénoncé la décision et le refus de la cour de reconnaître l’approbation du Beth Din d’Amérique. Ce tribunal rabbinique fait partie des plusieurs dizaines d’autres reconnus par le Grand-rabbinat pour traiter des affaires liées à la conversion au judaïsme et au divorce.

« Il s’agit d’une situation intolérable dans laquelle le Rabbinat d’Etat discrimine les convertis, au mépris de ses propres normes, de la Halakha et de l’Orthodoxie normative », a écrit Seth Farber dans un communiqué.

En novembre dernier, au terme d’une longe bataille judiciaire, le Grand-rabbinat avait désigné les tribunaux rabbiniques orthodoxes de la Diaspora reconnus par les autorités religieuses israéliennes.

Parmi les instances approuvées pour la conversion figurent 70 tribunaux orthodoxes du monde entier, la moitié d’entre eux se trouvant aux États-Unis. Il a également autorisé 80 juges rabbiniques, dont les activités sont supervisées par le Conseil rabbinique d’Amérique et le Beth Din d’Amérique.

Le rabbin Shlomo Weissmann du Beth Din américain avait signé la reconnaissance de la judaïté de l’homme et fait partie des rabbins reconnus par l’administration israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...