UN Watch : les employés de l’UNRWA saluent Hitler et le Hamas sur Facebook
Rechercher

UN Watch : les employés de l’UNRWA saluent Hitler et le Hamas sur Facebook

Le porte-parole de l’agence affirme que les posts “scandaleux” ne représentent qu’une “minuscule fraction” de ses employés

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Souhaib Fayyad, qui se présente comme un employé de l'UNRWA, a récemment changé sa photo de profil Facebook par un "like" tenant un couteau. (Crédit : UN Watch)
Souhaib Fayyad, qui se présente comme un employé de l'UNRWA, a récemment changé sa photo de profil Facebook par un "like" tenant un couteau. (Crédit : UN Watch)

Des employés palestiniens d’une agence pour les réfugiés des Nations unies continuent à utiliser les réseaux sociaux pour soutenir les activités terroristes et propager l’antisémitisme, malgré un précédent scandale sur le sujet, a annoncé l’association UN Watch.

UN Watch avait déjà exprimé des préoccupations devant les commentaires publiés sur les réseaux sociaux par des employés de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche Orient (UNRWA) dans un rapport d’octobre 2015. Dimanche, elle a publié un rapport de suivi présentant des captures d’écran des pages Facebook de 40 employés des écoles de l’UNRWA dans la bande de Gaza, le Liban, la Jordanie et la Syrie.

Les posts « incitent au terrorisme jihadiste et à l’antisémitisme, notamment en publiant des vidéos négationnistes et des photographies célébrant Hitler », est-il écrit dans le rapport.

Dimanche, le dirigeant de UN Watch, Hiller Neuer, a présenté le rapport à une sous-commission du Congrès américain traitant des Nations unies, d’Israël et des Palestiniens.

UN Watch a annoncé avoir envoyé des lettres dimanche au secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, au secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, et à l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley, les exhortant « à prendre des mesures et a demandé une condamnation des Nations unies et de l’UNRWA de l’incitation [à la haine et à la violence], et le licenciement immédiat des employés impliqués. »

Hillel Neuer of UN Watch (photo credit: Michal Fattal/Flash 90)
Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch (Crédit : Michal Fattal/Flash 90)

Les Etats-Unis ont donné à l’UNRWA, qui fournit éducation, soins et services sociaux aux réfugiés palestiniens au Proche Orient, 380 millions de dollars en 2015.

Chris Gunness, porte-parole de l’UNRWA, a déclaré au Times of Israël dans un communiqué que son organisation était informée de ces accusations, et les « étudie dans le cadre de notre engagement pour maintenir la neutralité de l’Agence. »

Cependant, a ajouté Gunness, « les déclarations scandaleuses présumées qui auraient été publiées sur internet par une minuscule fraction de nos employés actuels ou passés ne représentent en aucun cas les engagements de neutralité et les principes d’humanité et d’indépendance des 30 000 employés travaillant avec conscience et professionnalisme dans les zones de conflit au Moyen Orient. »

L’UNRWA avait pris des mesures suite à la publication du rapport de UN Watch en 2015, notamment des « suspensions et des pertes de salaires », mais n’avait pas dévoilé l’identité de ses employés sanctionnés.

Gunness a déclaré que l’UNRWA ne rendrait pas publiques les informations personnelles sur les employés qu’elle sanctionne, « puisque cela nuirait aux efforts pour prendre des mesures efficaces et violerait les normes de respect de la vie privée et de procédure équitable. »

UN Watch n’a pas confirmé que les individus cités dans ses rapports étaient des employés officiels de l’UNRWA. L’organisation se base sur les informations disponibles sur Facebook pour identifier de possibles employés de l’agence.

Suite à la publication du rapport de 2015, l’UNRWA avait annoncé avoir trouvé 90 imposteurs ou pages Facebook non autorisées de personnes qui ne sont en fait pas ou plus employés par l’UNRWA.

Ghanem Naim Ghoneim, qui se présente comme professeur de biologie de l'UNRWA au Liban, a publié une image d'Adolf Hitler, présenté comme "notre bien-aimé". (Crédit : UN Watch)
Ghanem Naim Ghoneim, qui se présente comme professeur de biologie de l’UNRWA au Liban, a publié une image d’Adolf Hitler, présenté comme « notre bien-aimé ». (Crédit : UN Watch)

Ghanem Naim Ghoneim est l’un des employés présumés cités dans le rapport le plus récent de UN Watch. Ghoneim, qui se présente comme professeur de biologie à l’UNRWA au Liban, a publié en 2014 sur Facebook une image d’Adolf Hitler, et a parlé de lui comme de « notre bien-aimé ».

Quand un élève a demandé depuis quand Hitler était « notre bien-aimé », Ghoneim a répondu qu’il se contentait de donner son propre avis.

Sunia Astal, Gazaouie qui se présente comme enseignante de l’UNRWA, est l’une des employés cités dans le rapport. Le 29 novembre 2012, elle a publié un post montrant un activiste avec un fusil, avec en légende « de la rivière à la mer, peu importe le temps que cela va prendre », faisant ainsi référence à la conquête de toute la Palestine historique, ce qui entraînerait la destruction d’Israël.

Le rapport liste de multiples exemples d’incitation pour certains individus. Par exemple, le Jordanien Hussein Amrah, qui se présente sur Facebook comme le directeur d’une école de l’UNRWA, compte neuf exemples d’incitation à la haine et à la violence.

Le 8 avril 2016, Amrah a partagé une photographie de Ismail Haniyeh, dirigeant du Hamas, accompagnée des mots « nous ne reconnaîtrons jamais Israël ».

En juillet 2014, Amrah avait publié une image de terroristes du Hamas et écrit « la victoire arrive. Si Dieu veut. »

En juillet 2014, le Jordanien Hussein Amrah, qui se présente comme le directeur d'une école de l'UNRWA, a partagé une photo de terroristes du Hamas accompagnée du texte "La victoire arrive. Si Dieu veut". (Crédit : UN Watch)
En juillet 2014, le Jordanien Hussein Amrah, qui se présente comme le directeur d’une école de l’UNRWA, a partagé une photo de terroristes du Hamas accompagnée du texte « La victoire arrive. Si Dieu veut ». (Crédit : UN Watch)

Neuer, le directeur de UN Watch, a accusé l’UNRWA de ne pas « prendre au sérieux » les célébrations du terrorisme et l’antisémitisme trouvés sur les pages Facebook de ses employés, après le rapport d’octobre 2015.

La vaste majorité des exemples détaillés dans le nouveau rapport de UN Watch est cependant des posts Facebook publiés avant la libération du rapport de 2015. Certains remontent à 2011.

Gunness, le porte-parole de l’UNRWA, a déclaré que son organisation allait commencer dans les prochains mois une formation « obligatoire » aux réseaux sociaux pour ses 30 000 employés, dont la plupart sont eux-mêmes des réfugiés palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...