Une appli israélienne peut vous aider à arrêter de fumer – (vraiment)
Rechercher

Une appli israélienne peut vous aider à arrêter de fumer – (vraiment)

Selon le Dr Ivan Berlin, expert français en addiction, le logiciel d'analyse développé par Somatix est "révolutionnaire" pour détecter les habitudes des fumeurs

Illustration. Un cendrier rempli de cigarettes. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Illustration. Un cendrier rempli de cigarettes. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Somatix, une start-up new-yorkaise fondée par des Israéliens, a développé SmokeBeat, un logiciel d’analyse gestuelle téléchargeable sur appareils mobiles, qui permet de suivre en temps réel les habitudes des fumeurs de tabac pour les aider à maîtriser leur dépendance.

L’entreprise américaine dispose d’un centre de recherche et développement à Raanana.

La société, qui dispose d’un centre de recherche et développement (R&D) à Raanana, recourt à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique pour collecter, analyser et agir sur les informations glanées à partir des mouvements de la main, sans que les utilisateurs n’aient à faire quoi que ce soit de plus que de télécharger l’appli.

En surveillant les gestes grâce à des capteurs de type smartwatch ou smartband, SmokeBeat est capable d’identifier et de distinguer l’acte de fumer des autres gestes de la bouche, comme se brosser les dents, boire, manger, se ronger les ongles ou encore se raser.

Le logiciel peut également déduire des états émotionnels à partir de simples gestes de la main, affirme l’entreprise. Les algorithmes d’apprentissage automatique basés sur un cloud fournissent alors des informations sur les états physiologiques et émotionnels des utilisateurs.

Un fumeur de cigarette (Orel Cohen/Flash90)

L’application fournit à ses utilisateurs et à leurs médecins des informations sur leurs habitudes tabagiques : à quel moment la personne fume le plus, combien de cigarettes sont consommées, l’impact financier à long-terme de son comportement. Ces données aident à comprendre les déclencheurs qui provoquent l’envie de fumer et révèlent également combien d’heures de vie partent en fumée à cause du tabac.

L’analyse prédictive du logiciel anticipe quand un épisode de tabagisme se produira et utilise cette information pour envoyer des messages aux utilisateurs basés sur des techniques de thérapie cognitivo-comportementale (CBT).

Il leur envoie des messages du type : « ne pensez pas à ce que vous abandonnez lorsque vous cessez de fumer — concentrez-vous sur ce que vous gagnez » ou « Votre risque d’avoir un cancer de la bouche et de la gorge se réduit dans les cinq années qui suivent. »

Viser le jackpot

Le tabagisme est lié non seulement au cancer du poumon mais aussi aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et à d’autres affections pulmonaires chroniques.

« L’épidémie de tabagisme est l’une des plus grandes menaces pour la santé publique dans le monde, tuant plus de 7 millions de personnes par an », selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé publié en mai 2017.

Les entreprises, les professionnels de la santé et les gouvernements s’efforcent donc de trouver un moyen d’aider les fumeurs à se sevrer de la nicotine, une substance hautement addictive. Ceux qui créent et commercialisent une telle solution auront probablement obtenu le jackpot. Et des entreprises comme Somatix se tournent vers les technologies de la santé numérique pour obtenir des réponses.

En octobre, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé un premier appareil mobile et une application pour aider les fumeurs à arrêter. Carrot, un capteur de monoxyde de carbone mobile dans l’haleine qui peut être jumelé à un smartphone en utilisant Bluetooth, a été mise au point par une entreprise de Redwood City, en Californie. Il montre aux utilisateurs en temps réel comment leur consommation de cigarettes affecte leur taux de monoxyde de carbone.

Carrot a également son propre programme de sevrage du tabac dans une application médicale de smartphone appelée Pivot. Cette application, contrairement à SmokeBeat, exige que les utilisateurs enregistrent le nombre de cigarettes qu’ils fument et prennent des échantillons d’haleine avant d’afficher des données et d’autres paramètres.

L’application SmokeBeat de Somatix envoie des messages aux utilisateurs pour leur rappeler les conséquences du tabagisme. (Autorisation)

SmokeBeat a été testé dans le cadre d’une étude pilote menée par Reuven Dar de l’université de Tel Aviv.

Les résultats de l’étude ont montré que l’algorithme de SmokeBeat détectait correctement plus de 80 % des épisodes de tabagisme et produisait très peu de faux positifs donc peu de fausses alarmes.

En outre, les fumeurs équipés du logiciel ont montré une « baisse significative des taux de tabagisme au cours de l’essai de 30 jours », tandis que le groupe témoin n’a montré aucun changement dans leur taux de tabagisme.

« Ces résultats préliminaires suggèrent que la surveillance automatique des épisodes de tabagisme et alerter le fumeur en temps réel peut faciliter la réduction du tabagisme chez les fumeurs motivés [pour arrêter de fumer] », conclut l’étude.

« Sensibiliser les fumeurs à l’acte de fumer en temps réel, comme l’application SmokeBeat est capable de le faire, peut contrer l’automaticité de l’habitude de fumer. »

L’étude a été récemment publiée dans le journal de recherche Nicotine and Tobacco Research Journal d’Oxford University Press.

Le docteur Ivan Berlin, professeur en pharmacologie clinique à l’université Pierre et Marie Curie à Paris. (Autorisation)

La technologie Somatix a retenu l’attention du Dr Ivan Berlin, professeur en pharmacologie clinique à l’université Pierre et Marie Curie de Paris et expert en médecine de l’addictologie. Il est venu en Israël la semaine dernière et a rencontré des représentants de l’entreprise. Il n’a aucune association personnelle ou commerciale avec l’entreprise, a-t-il assuré dans une interview accordée au Times of Israel.

Somatix a développé « un moyen très intéressant de détecter l’usage de la cigarette », a-t-il déclaré.

« Je dirais que c’est une approche révolutionnaire de suivre les fumeurs pour voir combien [de cigarettes] ils fument, quand ils fument. »

Le caractère unique de la technologie, a-t-il dit, c’est « qu’il n’y a pas besoin d’une collaboration avec l’individu ».

L’application SmokeBeat, dévelopée Somatix peut donner des informations sur le nombre de cigarettes fumées, les sommes dépensées et les heures de vie perdues. (Autorisation)

D’autres applications demandent aux utilisateurs de saisir des informations ou de prendre d’autres mesures. « C’est toujours un problème de se conformer » [aux obligations], a-t-il déclaré. « Au début, ils le font, et de plus en plus ils oublient de le faire et ils se conforment de moins en moins. »

Ce qui doit être fait maintenant, a-t-il suggéré, est d’autres tests, peut-être en combinaison avec des patchs à la nicotine ou des inhalateurs.

Les meilleurs médicaments pour aider les utilisateurs à arrêter de fumer ont un niveau d’efficacité d’environ 40 %, par rapport aux traitements médicamenteux généraux qui ont un niveau d’efficacité d’environ 70 % à 75 %, a-t-il expliqué.

« Donc, les médicaments pour arrêter de fumer ne sont pas très efficaces. Donc, si vous augmentez l’efficacité de 40 % avec cette application et que vous parvenez à atteindre 70 % à 75 %, c’est un énorme progrès », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...