Une Australienne plante un drapeau nazi dans son jardin ; colère des voisins
Rechercher

Une Australienne plante un drapeau nazi dans son jardin ; colère des voisins

Cheryl Lawdorn de Beulah, au sud-est de l'Australie, affirme avoir le droit de faire flotter la croix gammée au regard de ses origines allemandes

Illustration: Un drapeau nazi aux États-Unis. (Capture d'écran: YouTube)
Illustration: Un drapeau nazi aux États-Unis. (Capture d'écran: YouTube)

SYDNEY (JTA) — Une Australienne aux origines allemandes a installé un drapeau nazi dans son jardin.

Ses voisins de la ville de Beulah, dans le sud-est de l’Australie, ont porté plainte à la police. La municipalité affirme qu’aucune loi en vigueur ne permet d’imposer le retrait du drapeau.

Le drapeau est composé d’une grande croix-gammée en son centre, entourée de plusieurs autres symboles nazis.

La propriétaire, identifiée par le quotidien The Age comme étant Cherly Lawdorn, a déclaré aux journalistes qu’elle défendait son droit à arborer ce drapeau, au regard de ses antécédents nazis.

Le Premier ministre de l’État de Victoria, Daniel Andtorews, a qualifié ce drapeau de « dégoûtant » et ajouté que « si ce foyer est quelque peu décent, il retirera ce drapeau immédiatement ».

Le président de l’Anti-Defamation Commission, Dvir Abramovich, a appelé le gouvernement et l’opposition à « s’allier » et à ce que, lorsque le gouvernement sera formé, à adopter une loi interdisant l’affichage public de symboles nazis.

Pour Dvir Abramovich, cette situation « est un scandale qui fait mal au ventre et qui entache notre communauté. Faire flotter le drapeau nazi dans le ciel de notre nation, c’est comme planter un poignard dans le cœur des survivants de la Shoah et cracher au visage de ceux qui se sont battus pour vaincre Hitler et son régime génocidaire. »

La présidente du Jewish Community Council of Victoria, Jennifer Huppert, a dit à la Jewish Telegraphic Agency que le « symbole représente le mal à l’état pur et n’a pas sa place dans la société de Victoria ou australienne. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...