Une bagarre au parc aquatique de Holon en présence d’enfants
Rechercher

Une bagarre au parc aquatique de Holon en présence d’enfants

Le directeur-général du parc de loisirs Yamit 2000 a expliqué qu'un groupe avait tenté de rentrer sans payer au spa. Une 2nde altercation a été signalée sur une plage de Bat Yam

Une bagarre éclate au parc aquatique de Holon, le 9 juin 2019 (Capture d'écran : Douzième chaîne)
Une bagarre éclate au parc aquatique de Holon, le 9 juin 2019 (Capture d'écran : Douzième chaîne)

Des violences ont éclaté samedi entre un groupe de jeunes et des gardiens de sécurité alors que les familles profitaient de la fête de Shavouot au parc aquatique Yamit 2000, situé dans la ville de Holon.

Un adolescent de 17 ans a été placé en état d’arrestation.

Le directeur-général de ce parc de loisirs, Shimshon Chen, a déclaré à la Douzième chaîne que l’incident avait commencé après qu’un groupe a tenté d’entrer dans le spa sans acheter de billets.

« Je ne sais pas s’ils étaient alcoolisés mais ils n’ont pas obéi aux instructions des gardiens de sécurité et des placeurs – ils ont essayé d’entrer de force », a commenté Chen.

Sur des images, des jeunes gens jettent des chaises dans un périmètre où de jeunes enfants sont présents. Un homme frappe un gardien de sécurité, qui gît au sol, avec une chaise de manière répétée. Le personnel de sécurité utilise lui aussi des chaises pour venir à bout des individus.

Selon Chen, la vidéo donne l’impression que l’incident a été plus grave et plus important que cela n’a été le cas en réalité.

« Il y a eu deux ou trois minutes de confrontation, il n’y avait pas beaucoup de monde », a-t-il commenté. « Une ou deux personnes ont commencé à se battre et aujourd’hui, tout le monde filme avec un téléphone. Et en une minute, les images ont été diffusées partout dans le pays ».

Selon la Douzième chaîne, une rixe a également éclaté sur la plage Stella de Bat Yam, samedi, et des chaises ont été brandies au cours de cet incident. La police a noté n’avoir reçu aucune information sur d’éventuelles violences.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...