Rechercher

Une boucherie casher vandalisée 4 fois en un mois en Suisse

Les responsables évoquent la "préoccupation" de la communauté juive face à cette vague d'attaques antisémites qui a ciblé une boutique de Bâle

Abattage rituel à l'abattoir de Zaklady Miesne Mokobody près de Varsovie, en 2011. Illustration. (Crédit : Autorisation de Zaklady Miesne Mokobody via JTA)
Abattage rituel à l'abattoir de Zaklady Miesne Mokobody près de Varsovie, en 2011. Illustration. (Crédit : Autorisation de Zaklady Miesne Mokobody via JTA)

Une boucherie casher de Bâle, en Suisse, a été vandalisée quatre fois en un mois. Les résidents juifs de la ville y voient une campagne d’intimidation antisémite.

Dans l’une de ces attaques, les auteurs non-identifiés ont retiré la lettre J du mois « juif » de la devanture du magasin, ainsi que deux lettres hébraïques du mot casher.

Dimanche, la vitrine de la boutique a été cassée, selon le journal suisse juif Tachles.

Leopold Stefansky, président de la communauté juive de Bâle, a qualifié ces incidents d’ « attaques antisémites », a rapporté le site 20Min.

Jonathan Kreutner, secrétaire générale de la FSCI, la fédération des juifs suisses, a déclaré à 20Min que les incidents « préoccupent » les membres de la communauté.

Le site d’information a indiqué que la police enquête sur les incidents.

Stefansky a déclaré que la communauté envisage de faire appel à une société de vigiles et d’installer un système de vidéo-surveillance, « mais cela a un coût », a-t-il dit à 20Min.

En 2016, le service de lutte anti-racisme du ministère de l’Intérieur suisse a publié un rapport indiquant que les juifs de Suisse devaient assurer le coût de leur sécurité, même si cela relève normalement du gouvernement.

Après un tollé général, une motion appelant le gouvernement fédéral à financer les frais liés à la sécurité des juifs suisses, estimés à 450 000 dollars par an, a été adoptée par la Chambre haute et la Chambre basse du parlement suisse, et approuvée par le gouvernement au début de l’année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...