Une chaîne de télévision renonce à une fusion devant le peu de soutien de l’État
Rechercher

Une chaîne de télévision renonce à une fusion devant le peu de soutien de l’État

Reshet qui devait fusionner avec la Dixième chaîne, a estimé que l'instance de supervision tardait trop à approuver l'initiative

Le ministre des Communications Ayoub Kara avec des représentants des chaînes Reshet (à droite) et Keshet (à gauche) durant une cérémonie de remise des licences pour les nouvelles 12ème et 13ème chaîne à Jérusalem, suite à la scission de la Deuxième chaîne, le 31 octobre 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Communications Ayoub Kara avec des représentants des chaînes Reshet (à droite) et Keshet (à gauche) durant une cérémonie de remise des licences pour les nouvelles 12ème et 13ème chaîne à Jérusalem, suite à la scission de la Deuxième chaîne, le 31 octobre 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’une des plus importantes chaînes de télévision commerciales d’Israël a renoncé lundi à une fusion avec une autre chaîne majeure. Elle accuse le régulateur du pays d’avoir été dans l’incapacité d’approuver l’accord au moment opportun.

Les actionnaires de Reshet et de la Dixième chaîne avaient demandé au mois de juin la permission de procéder à une fusion – dans un contexte de pertes financières croissantes pour les deux entreprises. Cette fusion avait été approuvée par l’Autorité anti-trust au mois d’août.

Mais la Seconde autorité pour la télévision et la radio – établie en 1990 par la Knesset et chargée de réguler et de superviser les chaînes et les diffusions commerciales en Israël – n’a pas immédiatement approuvé l’initiative, lançant à la place une enquête sur le sujet.

Les actionnaires de Reshet ont estimé lundi que dans la mesure où ce processus prendrait probablement des mois, ils renonçaient à cette fusion et revenaient à leur « plan de travail à plein temps ».

« Une entreprise ne peut pas fonctionner longtemps lorsqu’elle est ancrée dans l’incertitude, et en particulier une chaîne de télévision qui doit programmer des productions futures », ont commenté les actionnaires dans un communiqué.

« Au vu des retards et de la réticence affichés par la Seconde autorité… et sans avoir entendu de réactions positives de sa part concernant cette initiative… La conduite de l’Autorité ne peut qu’indiquer qu’elle souhaite empêcher cette fusion », ont ajouté les actionnaires.

Le communiqué a précisé que l’entreprise s’est trouvée dans l’obligation de prendre cette décision drastique tout en restant convaincue que la fusion était la meilleure option.

Les actionnaires ont ajouté que le conseil d’administration de Reshet va se réunir dans les prochains jours pour renoncer officiellement au projet et mettre en place des plans pour les prochaines années.

Photo d’illustration: le logo de la Dixième chaîne d’information (Capture d’écran : YouTube/TheNetcomHD)

Reshet diffuse ses programmes sur la 13e, la Dixième chaîne -nommée ainsi avant une réorganisation qui a modifié les canaux – et sur la 14e chaîne.

Le plan de fusion a été proposé huit mois après une réorganisation majeure de l’industrie audiovisuelle, impulsée par le gouvernement. Un plan qui a scindé la chaîne israélienne la plus populaire, la Deuxième chaîne, en deux réseaux concurrents exploités par deux entreprises de production qui se sont réparties les deux chaînes : Reshet et Keshet.

Cette démarche, selon les responsables, a été considérée comme nécessaire pour garantir la concurrence face à la domination écrasante de la Deuxième chaîne en termes d’audiences.

Les difficultés financières ne sont pas une nouveauté pour la Dixième chaîne, qui est menacée de fermeture depuis 2014 en raison d’un faible audimat et de médiocres revenus issus de la publicité.

L’idée de la fusion entre Reshet et la Dixième chaîne est survenue dans un contexte de lourdes pertes financières pour les deux entreprises, de montants pouvant atteindre des centaines de millions de shekels par an.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...