Une députée du Labour condamne une affiche antisémite sur Theresa May
Rechercher

Une députée du Labour condamne une affiche antisémite sur Theresa May

Thangam Debbonaire s’est distancée du poster non-officiel affiché à Bristol qui dépeint la Première ministre avec des boucles d’oreilles en Étoile de David

Une affiche pro-Labour représente Theresa May avec des boucles d'oreilles en Étoile de David, le 6 juin 2017. (Crédit : capture d'écran/Bristol Post)
Une affiche pro-Labour représente Theresa May avec des boucles d'oreilles en Étoile de David, le 6 juin 2017. (Crédit : capture d'écran/Bristol Post)

Une politicienne britannique du parti travailliste a fermement condamné une affiche placardée par des sympathisants de sa campagne électorale qui montre la Première ministre britannique Theresa May avec des boucles d’oreilles en Étoile de David, en référence péjorative à son soutien pour Israël.

Thangam Debbonaire, membre du Parlement, candidate à sa réélection dans la circonscription de Bristol West, a condamné cette affiche, affirmant que l’antisémitisme n’avait aucune place dans son parti.

Le poster aurait été accroché par des sympathisants du Labour de Bristol, au sud-ouest du pays, déclenchant de vives accusations d’antisémitisme. Le parti, à la traine dans les sondages sur le vote de jeudi, tentait de se débarrasser d’accusations persistantes d’antisémitisme chez certains de ses membres.

Placé dans un emplacement stratégique de la ville, puis retirée, l’affiche représentait May et son rival Jeremy Corbyn face à face, avec des slogans « Balfour », « Responsable de l’État islamique », « les sanctions tuent », « coupe budgétaire à la sécurité sociale » du côté de May et « vote des jeunes », « emplois qualifiés » et « pas d’étudiants endettés » du côté de Corbyn.

Posted by Thangam Debbonaire MP for Bristol West on Tuesday, 18 April 2017

« Qu’il soit bien clair que cette affiche a été placardée à mon insu, sans mon autorisation ni soutien, et à l’insu de mon équipe de campagne. Je la condamne », a écrit Debbonaire sur la page Facebook de sa campagne.

« L’utilisation d’une Étoile de David de la sorte établit un lien avec la religion juive, et c’est inexcusable. C’est de l’antisémitisme. »

« La personne à l’origine de cette affiche affirme ne pas faire partie du Labour », poursuit-elle. « Je vérifie cela. L’antisémitisme n’a aucune place dans notre parti, et je ne le tolèrerai pas. »

L’immense affiche a été placardée mardi matin, à deux jours des élections du 8 juin. Elle a été retirée par des organisateurs mercredi soir de leur plein gré.

Une résidente juive a déclaré au Jewish Chronicle mardi qu’il était « profondément attristée et en colère de voir que l’endroit où moi et mon compagnon, également juive, vivent, est submergée par des visions aussi écoeurantes. »

« La Magen David [Étoile de David] en forme de boucles d’oreilles implique clairement que les juifs/Israël ont l’hégémonie sur notre gouvernement, c’est un mythe antisémite du siècle dernier », a-t-elle ajouté.

Souhaitant conserver l’anonymat, elle a ajouté que le poster l’avait rendue « malade ».

Un des organisateurs qui a affiché ce poster a rejeté les accusations d’antisémitisme, indiquant que « ce n’était pas le but. C’est un tout petit élément de l’affiche ».

« Ce que nous faisons avec ce symbole, c’est une boucle d’oreille, c’est une référence à la relation entre le gouvernement de Theresa May et Israël », a déclaré Nima Masterson au Bristol Post.

I heard yesterday afternoon that a banner had been erected around the Bearpit in the centre of Bristol with a Star of…

Posted by Thangam Debbonaire MP for Bristol West on Wednesday, 7 June 2017

« Je suis soulagée que l’affiche ait été retirée, mais je suis triste que quelqu’un, à Bristol, a pu croire que c’était un bon moyen de manifester leur opposition au gouvernement actuel », a écrit Debbonaire.

En avril, le gouvernement de May a rejeté la demande des Palestiniens qui voulaient des excuses pour la déclaration Balfour de 1917, qui légitimait la création d’un futur état juif, et a répliqué en disant que le gouvernement était fier du rôle qu’il avait joué dans l’établissement d’Israël.

Signée le 2 novembre 1917 par le secrétaire aux Affaires étrangères de l’époque, Arthur James Balfour, la déclaration annonçait l’intention du gouvernement d’établir « un foyer national pour le peuple juif » en Terre d’Israël.

Elle a été perçue comme un soutien et une reconnaissance officielle du mouvement sioniste de la part d’une puissance majeure, à la veille de la conquête du territoire ottoman de Palestine.

Le mois de novembre 2017 marquera le centenaire de la Déclaration Balfour.

En septembre dernier, dans ses vœux pour le nouvel an juif, May avait rappelé que la Déclaration Balfour était une expression « du soutien britannique à l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...