Une équipe israélo-chinoise a fait une découverte pour la santé bucco-dentaire
Rechercher

Une équipe israélo-chinoise a fait une découverte pour la santé bucco-dentaire

L'équipe, unie par leur amour des cornichons, a conclu que leurs pro-biotiques pouvaient ralentir la formation de la plaque dentaire

Des cornichons fermentés à l'aneth de "Les joies de la conservation juive", par Emily Paster. (Autorisation)
Des cornichons fermentés à l'aneth de "Les joies de la conservation juive", par Emily Paster. (Autorisation)

Les cornichons, un classique heimishe, font peut-être aussi rêver les dentistes. En effet, une nouvelle étude semble suggérer qu’ils protègent les dents des caries.

Quand des scientifiques de deux pays fous des cornichons, Israël et la Chine, se sont associés pour développer de nouveaux soins dentaires, les nations se sont tournées vers les cornichons. Une équipe commune de l’université Ben Gurion du Negev et de l’université Sichuan de Chine a conclu que les pro-biotiques produits dans les cornichons pouvaient ralentir la formation de la plaque dentaire.

Les chercheurs ont donné à deux groupes de rats une dose de bactéries causant des caries afin d’accélérer, de manière significative, l’apparition des caries et de surveiller les rats pendant 35 jours. Le groupe de rats ayant reçu des pro-biotiques issus de cornichons avaient 20 à 30 % des caries en moins.

La recherche, publiée dans la revue Frontiers in Microbiology, n’est pas seulement une bonne nouvelle pour les amoureux des cornichons, mais cela pourrait aussi avoir d’importantes implications pour la santé buccale. En effet, cette découverte ouvre des nouvelles possibilités d’utilisation des pro-biotiques afin de maintenir la santé buccale, a déclaré le biologiste environnementale Ariel Kushmaro de l’université Ben Gurion au Times of Israël.

Recettes traditionnelles à base de cornichons (Crédit : Université Sichuan)

Il a déclaré que cela pourrait même entraîner une adaptation des produits d’hygiène comme les bains de bouche, qui sont généralement composés à base de produits chimiques anti-bactériens et de fluor. « Cela pourrait conduire à des traitements buccaux pro-biotiques, il y a de nombreuses explications possibles, a déclaré Kushmaro. L’idée générale est que les pro-biotiques peuvent réduire les bactéries pathogènes dans la bouche – cela pourrait signifier que vous aurez moins de problèmes avec l’hygiène orale ».

Les pro-biotiques sont des micro-organismes vivants dont on pense qu’ils ont des bénéfices sur la santé. Les yaourts en contiennent, comme de nombreux aliments fermentés, les cornichons, et beaucoup de produits de beauté et de compléments alimentaires. Kushmaro a expliqué que les chercheurs ont décidé d’étudier leur utilité pour l’hygiène orale, étant donné leur bienfaits reconnus dans d’autres domaines.

Une femme se brosse les dents. (Sophie Gordon/Flash 90)

L’équipe, qui a étudié les cornichons, était dirigée par Qun Sun de l’université du Sichuan. Les chercheurs ont testé 54 souches de bactéries isolées du choux mariné qui est populaire au Sichuan – et dont on sait depuis longtemps qu’il a des effets bénéfiques sur la santé.

Toutes les bactéries étaient des Lactobacillus d’un groupe de bactéries d’acide lactique. Certaines souches ont montré des bénéfices mais une en particulier, le Lactobacillus plantarum K41, était particulière efficace pour réduire l’apparition de plaque dentaire et empêcher les caries.

Alors que la recherche se focalisait sur le choux mariné du Sichuan, Kushmaro a noté que la composition chimique est similaire à ce que l’on trouve dans d’autres cornichons, notamment de nombreux concombres heimishe. Kushmaro pense qu’ils contiennent aussi des bactéries bénéfiques à l’hygiène orale.

« Nous avons isolé différentes bactéries des cornichons et les avons ensuite utilisées pour créer des pro-biotiques, a déclaré Kushmaro. Nous avons prouvé qu’ils inhibent les bactéries responsables de la formation d’une bio-pellicule, qui commence la plaque dentaire, et nous avons démontré qu’ils peuvent limiter l’ampleur des caries ».

L’équipe de recherche note dans son article : « Nos résultats offrent une stratégie alternative potentielle pour le contrôle de la bio-pellicule orale, la plaque dentaire et les caries dentaires ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...