Rechercher

Une femme haredi nommée à la tête d’un conseil religieux local, une première

Rivka Azriel supervisera les services religieux à Binyamina ; elle sera la deuxième femme à occuper un tel poste, mais la première à être nommée par un ministre

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Vue aérienne de la ville de Binyamina dans le nord d'Israël, le 12 avril 2008. (Moshe Shai/FLASH90)
Vue aérienne de la ville de Binyamina dans le nord d'Israël, le 12 avril 2008. (Moshe Shai/FLASH90)

Rivka Azriel a été nommée à la tête du conseil religieux de la ville de Binyamina, faisant d’elle la première femme ultra-orthodoxe et la deuxième femme à occuper un tel poste en Israël.

Mme Azriel a été nommée par le ministre des Affaires religieuses Matan Kahana, indique-t-il dans un tweet.

En tant que cheffe du conseil religieux de Binyamina, Mme Azriel sera chargée de superviser les différents services religieux de la ville, les certifications de casheroute, les licences de mariage, les services d’enterrement, les bains rituels et d’autres aspects communautaires de la vie juive.

Bien qu’elle soit la première femme à être nommée par un ministre des Affaires religieuses, Mme Azriel est techniquement la deuxième à diriger un conseil religieux. La première, Smadar Gross, a été élue à ce poste en 2004 par le conseil municipal de la ville de Kfar Saba, dans le centre d’Israël. Elle a démissionné au bout de neuf mois, face à l’opposition acharnée des rabbins locaux.

« Rivka a brisé le plafond de verre à deux reprises, d’abord en tant que première femme à être nommée et ensuite en tant que femme issue spécifiquement de la communauté haredi », a déclaré Kahana.

La nomination de Mme Azriel s’inscrit dans le cadre d’un effort plus large de Kahana pour réformer les services religieux du pays : introduire davantage de femmes dans des rôles de direction, mais pas en tant que rabbins, réformer le processus de conversion dans le pays et ouvrir à la concurrence le contrôle de la casheroute.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...