Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

Une innovation médicale sauve une famille gravement brûlée lors de l’assaut du Hamas

Ariel et Ellay Golan et leur bébé Yaël ont survécu dans leur abri le 7 octobre ; des traitements novateurs à base d'enzymes leur ont été administrés à l’hôpital Sheba

Ariel et Ellay Golan et leur fille Yaël ont été gravement brûlés lorsque des terroristes du Hamas ont mis le feu à leur maison à Kfar Aza le 7 octobre 2023 ; l'utilisation de NexoBrid sur leurs brûlures a amélioré et accéléré leur rétablissement. (Crédit : Evyatar Hogeg)
Ariel et Ellay Golan et leur fille Yaël ont été gravement brûlés lorsque des terroristes du Hamas ont mis le feu à leur maison à Kfar Aza le 7 octobre 2023 ; l'utilisation de NexoBrid sur leurs brûlures a amélioré et accéléré leur rétablissement. (Crédit : Evyatar Hogeg)

Le matin du 7 octobre, Ariel et Ellay Golan et leur fille Yaël, âgée de 18 mois, se sont cachés dans le mamad – la pièce sécurisée – de leur maison au kibboutz de Kfar Aza, alors que les sirènes de roquettes retentissaient sans interruption.

Alors qu’ils envoyaient des SMS à des membres de leur famille vivant ailleurs en Israël pour leur dire qu’ils entendaient des coups de feu à l’extérieur, ils ne se doutaient pas que le groupe terroriste palestinien du Hamas avait infiltré non seulement leur kibboutz, mais aussi une grande partie du sud d’Israël. Des milliers de terroristes ont assassiné 1 200 personnes, principalement des civils, et ont pris plus de 240 otages ce jour-là.

Les terroristes ont incendié leur maison alors que la petite famille se trouvait à l’intérieur lors du carnage qui a duré plusieurs heures. Les Golan ont survécu à l’assaut, mais ils ont été gravement blessés et héliportés au Centre national des grands brûlés de l’hôpital Sheba, situé au nord de Tel Aviv.

Lorsque le Times of Israel a publié les premières informations sur la jeune famille pour la première fois le 18 octobre, elle luttait pour sa vie à Sheba. Les Golan se sont maintenant rétablis à différents degrés.

« Le père, Ariel, et le bébé, Yaël, ont été autorisés à rentrer chez eux pour la suite de leur convalescence, tandis que la mère, Ellay, poursuit sa rééducation à Sheba », a indiqué le professeur Josef Haïk, directeur du Centre national des grands brûlés, au début du mois de janvier.

Selon Haïk, ce résultat positif est dû en partie au fait qu’Ellay a été traitée dès son arrivée à Sheba avec un produit appelé NexoBrid. Développé par la société israélienne MediWound et approuvé par la FDA (Food and Drug Administration), ce produit facilite et accélère le traitement des brûlures graves. Des dizaines de victimes du 7 octobre ont été traitées avec ce produit.

Ofer Gonen, PDG de MediWound, qui produit le NexoBrid. (Crédit : Autorisation)

Bien que le NexoBrid soit approuvé et vendu dans 44 pays, MediWound a informé ses clients étrangers immédiatement après le 7 octobre que l’approvisionnement des hôpitaux israéliens était la priorité absolue de la société et que les livraisons internationales seraient retardées.

« L’armée israélienne et les cinq centres de traitement des brûlés des hôpitaux israéliens ont acheté 100 % de notre stock », a expliqué Ofer Gonen, PDG de MediWound.

NexoBrid permet fondamentalement à un personnel médical qualifié d’effectuer une chirurgie enzymatique plutôt qu’une chirurgie classique pour retirer le tissu nécrosé d’une plaie, en particulier dans le cas d’une brûlure grave.

Le produit, utilisé à ce jour sur 14 000 patients dans le monde, principalement des civils, est conditionné sous la forme d’une poudre dans un récipient et d’un gel dans un autre. Les deux sont appliqués à l’aide d’un abaisse-langue, avant d’être retirés.

« L’ensemble du processus peut être réalisé en une journée plutôt qu’en plusieurs jours et laisse moins de cicatrices, ce qui est particulièrement important pour les jeunes », a souligné Gonen.

Une brûlure grave avant traitement par NexoBrid, une thérapie enzymatique pour le traitement des tissus nécrosés mise au point par la société israélienne MediWound. (Crédit : MediWound)

Le chirurgien plasticien Lior Rosenberg, fondateur de MediWound, a fait remarquer que NexoBrid permettait de sauver les mains et les pieds, qui sont les parties du corps les plus susceptibles d’être exposées et brûlées lorsqu’une personne se défend ou tente d’échapper aux flammes.

« Une escharotomie [chirurgie d’urgence visant à retirer l’escarre] doit être pratiquée pour soulager la pression qui s’accumule afin de sauver les mains et les pieds. Notre produit permet de le faire sans avoir à inciser la peau brûlée », a-t-il ajouté.

Haïk, qui a soigné des grands brûlés dans le monde entier, estime que NexoBrid change la donne.

« Si nous ne l’avions pas utilisé, [les Golan] auraient dû subir de nombreuses greffes de peau, des interventions chirurgicales, une hospitalisation plus longue et une douleur plus intense. L’utilisation de NexoBrid nous a permis d’effectuer moins de débridements et de sauver des tissus que nous aurions dû couper autrement », a-t-il affirmé.

Les États-Unis ont acheté pour 20 millions de dollars de NexoBrid pour leur stock stratégique national. À la fin de l’année 2023, le ministère américain de la Défense a accordé à MediWound un supplément de 6,7 millions de dollars sur un budget total de 14,4 millions de dollars pour une version différente de NexoBrid pouvant être utilisée sur le champ de bataille.

« Le médicament tel qu’il est actuellement doit être stocké entre 2 et 8°C. Le gouvernement américain veut une préparation stable qui puisse être utilisée dans des situations de combat loin des installations médicales ou sur le lieu d’un événement impliquant un grand nombre de victimes », a expliqué Gonen.

L’application de NexoBrid, une thérapie enzymatique pour le traitement des tissus nécrosés développée par la société israélienne MediWound. (Crédit : MediWound)

« Heureusement, en Israël, nous pouvons utiliser la préparation originale, car nous pouvons évacuer rapidement les victimes de brûlures vers l’un de nos centres de traitement des grands brûlés », a-t-il ajouté.

Au dire de Gonen, MediWound a reçu une demande israélienne pour la constitution d’un stock d’urgence de NexoBrid. Cela pourrait être possible à l’avenir, mais pas pour le moment.

« MediWound s’est actuellement engagé à remplir ses obligations dans d’autres régions, notamment aux États-Unis et au Japon. L’usine de fabrication de la société [située à Yavne] est mobilisée 24 heures sur 24 afin de garantir la disponibilité des stocks pour les patients qui en ont besoin de toute urgence », a précisé Gonen.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.