Une loi allemande pour expulser les migrants aux opinions antisémites
Rechercher

Une loi allemande pour expulser les migrants aux opinions antisémites

"Ceux qui rejettent la vie juive et mettent en doute le droit à l'existence d'Israël ne peuvent avoir leur place chez nous," stipule cette loi proposée par l'alliance au pouvoir

La chancelière allemande Angela Merkel s'exprime devant les journalistes après le sommet B20 à Berlin, le 3 mai 2017 (Crédit : John MacDougall/AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel s'exprime devant les journalistes après le sommet B20 à Berlin, le 3 mai 2017 (Crédit : John MacDougall/AFP)

Les partis au pouvoir en Allemagne prépareraient une législation qui prévoirait l’expulsion du pays des migrants exprimant des propos antisémites, a fait savoir samedi le quotidien Die Welt.

L’alliance conservatrice des partis CDU-CSU dirigée par la chancelière Angela Merkel espère pouvoir présenter cette nouvelle loi lors de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, le 27 janvier prochain.

Le projet de législation établit que « l’acceptation absolue de la vie juive » est une « référence pour une intégration réussie » en Allemagne.

« Ceux qui rejettent la vie juive en Allemagne ou mettent en doute le droit à l’existence d’Israël ne peuvent avoir leur place dans notre pays ».

Stephan Harbarth, vice-président du groupe parlementaire CDU-CSU, a déclaré à Die Welt que Berlin « doit résolument s’opposer à l’antisémitisme des migrants d’origine arabe et des pays africains ».

Les migrants reconnus coupables de discours antisémites pourraient être expulsés dans le cadre de cette nouvelle législation.

Des responsables allemands avaient réagi avec indignation au mois de décembre après que des manifestants à Berlin ont brûlé Germany's defense minister Dr. Thomas de Maiziere during a recent visit to Israel (photo credit: Kobi Gideon/Flash90) Le ministre de l’Intérieur allemand Thomas de Maizière (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)[/caption]

Le ministre de l’Intérieur Thomas de Maiziere avait indiqué que l’Allemagne devait désigner un commissaire à l’antisémitisme pour contrer les discours de haine croissants contre les Juifs et Israël prononcés par l’extrême-droite du pays et la communauté des immigrants.

« Tout acte criminel motivé par l’antisémitisme est un acte de trop et une honte pour notre pays », avait déclaré de Maiziere au journal Bild am Sonntag.

Le porte-parole de Merkel, Steffen Seibert, avait expliqué que même si Berlin s’opposait à l’initiative prise par le président américain Donald Trump, il condamnait fortement les manifestations où s’exprimait « la haine » des Juifs et d’Israël.

Le président Frank-Walter Steinmeier s’était déclaré « choqué et honteux » face aux incidents et il avait ajouté que le rejet de l’antisémitisme était une « condition non négociable » de la vie en Allemagne.

Une récente étude a évalué que l’antisémitisme est rampant parmi les réfugiés musulmans en Allemagne et qu’il exige une attention urgente.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...