Une manifestation anti-Israël a eu lieu devant la synagogue d’Istanbul
Rechercher

Une manifestation anti-Israël a eu lieu devant la synagogue d’Istanbul

Pour la deuxième fois de la semaine, des manifestants se sont réunis pour protester contre la mise en place des mesures de sécurité au mont du Temple après un attentat terroriste

Un agent de police turc devant la synagogue Neve Shalom le 30 mars 2016 à Istanbul. (Crédit : AFP / OZAN KOSE)
Un agent de police turc devant la synagogue Neve Shalom le 30 mars 2016 à Istanbul. (Crédit : AFP / OZAN KOSE)

Pour la deuxième fois en moins d’une semaine, des manifestants se sont mobilisés contre Israël devant une synagogue d’Istanbul.

Ce dernier incident, signalé dans les médias turcs, a eu lieu samedi devant la synagogue Ahida, du côté européen de la capitale turque, au nord du quartier de Fatih, bastion des Frères musulmans et d’autres mouvements islamistes en Turquie.

Jeudi, des manifestants se sont rassemblés devant la synagogue Neve Shalom, à Istanbul. Ils ont frappé la porte d’entrée et ont jeté des objets dessus. Les dirigeants juifs turcs ont condamné le fait de s’en prendre à des synagogues pour protester contre les actions prises par Israël. Suite à un attentat terroriste contre la police israélienne près de la mosquée d’Al-Aqsa, Israël a temporairement limité l’accès au lieu saint aux personnes de plus de 50 ans, et a placé des détecteurs de métaux à l’entrée.

En réaction aux protestations de la communauté juive de Turquie, le Premier ministre turc Binali Yıldırım a déclaré dimanche dans un communiqué adressé aux médias que bien que « limiter l’accès des musulmans à la mosquée d’Al-Aqsa, quelle qu’en soit la raison, est une erreur inacceptable, et la Turquie attend d’Israël de rectifier ceci immédiatement », le gouvernement turc « n’accepte pas que des actions soient prises devant des lieux de culte de citoyens juifs ».

Yıldırım a déclaré que le gouvernement « attend de tous ses citoyens de faire preuve de retenue ». Le communiqué n’a pas évoqué de conséquences si d’aventure certains ne se pliaient pas aux attentes du gouvernement.

À la synagogue Ahida, qui est l’une des plus anciennes du pays, au moins 29 hommes se sont rassemblés samedi, brandissant des panneaux avec des slogans anti-Israël et une structure en carton supposée représenter une machine à rayons X, selon le site d’informations Haberler.

La manifestation visait la décision prise par Israël concernant les détecteurs de métaux à l’entrée du mont du Temple, aussi connu pour les musulmans sous le nom de Haram al-Sharif (le Sanctuaire Noble).

Les synagogues, prises pour cible par les islamistes et autres terroristes en Turquie par le passé, sont sous l’étroite surveillance de la police.

Pour entrer dans les principales synagogues d’Istanbul, notamment Neve Shalom, les visiteurs doivent en obtenir l’autorisation au préalable. Le fait que les manifestants ont pu se rassembler devant les synagogues et y organiser une manifestation est assez inhabituelle à Istanbul.

L’installation des détecteurs de métaux devant le mont du Temple est une réponse à un attentat qui a coûté la vie à deux policiers israéliens, après que trois arabes israéliens ont fait entrer clandestinement des armes dans la mosquée d’Al-Aqsa. Les assaillants ont été abattus dans la fusillade du 14 juillet.

Des palestiniens sont morts au cours d’émeutes cette semaine, et trois juifs ont été assassinés dans l’implantation de Halamish, en Cisjordanie à leur domicile, par un terroriste palestinien.

Dimanche, un agent de sécurité à l’ambassade d’Israël à Amman en Jordanie, a tué deux hommes après que l’un d’entre eux l’a attaqué avec un tournevis.

Près de 30 personnes ont été assiégées dans l’ambassade lundi, alors que les autorités jordaniennes souhaitent incarcérer et interroger le personnel de l’ambassade, qui bénéficie d’une immunité diplomatique en vertu des traités internationaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...