Une mannequin belge pose nue devant le mur Occidental
Rechercher

Une mannequin belge pose nue devant le mur Occidental

Marisa Papen a déclaré que la photo osée face au lieu saint est destinée à "repousser les limites de la religion et de la politique"

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Marisa Papen, une top-model belge pose nue devant le mur Occidental à Jérusalem, en mai 2018. (Crédit : capture d'écran marisapapen.com)
Marisa Papen, une top-model belge pose nue devant le mur Occidental à Jérusalem, en mai 2018. (Crédit : capture d'écran marisapapen.com)

Une top-model belge a posé nue pour une photo sur une terrasse surplombant le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, suscitant la colère du rabbin et des administrateurs du lieu saint.

Marisa Papen a publié la photo osée, sur son site samedi, avec d’autres clichés pris par son photographe Mathias Lambrecht, lors d’un récent séjour en Israël.

Dans cette photo, Papen est allongée sur une chaise en plastique sur une terrasse qui surplombe le mur Occidental et l’esplanade mitoyenne. L’angle de la photo supprime le Dôme du Rocher et le mont du Temple, une zone sacrée pour les Juifs et les Musulmans.

« Premièrement, ‘ne jugez pas un livre à sa couverture’,… Cela implique que la honte que toi, cher lecteur, va (peut-être) m’infliger, parce que j’ai fait quelque chose d’aussi irrespectueux, je devrais brûler en enfer », a écrit Papen sur un article de son blog avec une photo du mur Occidental et d’autres de son séjour en Israël.

« Je pense que ma boîte de réception va se remplir de menaces et de colères – à tous ceux qui vont taper leur fureur, économisez votre énergie, je ne les ouvrirais même pas. »

« Je savais que je voulais repousser les limites de la religion et de la politique encore plus loin », a-t-elle continué après un incident datant de septembre 2017, lorsqu’elle a passé une nuit dans une prison égyptienne pour avoir posé nue lors d’une séance photo sur le site archéologique de Luxor.

« Faire tomber les murs qui ont été érigés pour garder nos âmes errantes sous contrôle », a-t-elle poursuivi. « En d’autres termes, montrer ma religion personnelle dans un monde où la liberté est devenue un luxe. »

Plusieurs internautes qui ont commenté cette photo sur son site ont fait remarqué qu’aucune partie des lieux saints n’apparaissait sur les photos, suggérant qu’elle craignait peut-être les reproches de musulmans offensés.

Le photographe Lambrecht a écrit sur sa page Facebook : « si la question incarnait la philosophie de la liberté individuelle, la réponse est Marisa Papen ».

« Depuis la mer Morte jusqu’à Jérusalem », a ajouté Lambrecht. « Durant les festivités à l’occasion du 70e anniversaire de l’Indépendance, de l’ouverture de l’ambassade américaine, et des tueries à Gaza, Israël est devenu une tribune, [coincée] entre tradition et tradition. Les circonstances étaient tendues, complexes et bouillantes. Mais il n’y a qu’en guerre que l’on peut emprunter la route vers la libération. »

Ces images, avec celles de séjour en Israël, sont exposées à la galerie Frank Rose, à Knokke, en Belgique. L’exposition est justement intitulée « Route vers la libération ».

Posted by MATHIAS LAMBRECHT on Monday, 11 June 2018

Papen a déclaré qu’elle avait séjourné trois jours en Israël, et s’est rendu à la mer Morte, à Tel Aviv et à Jérusalem. La top-model a écrit que les photos ont été prises le jour du 70e anniversaire d’Israël, probablement le 14 mai, date anniversaire sur le calendrier grégorien et jour de l’ouverture de l’ambassade américaine. C’était également le lendemain de l’anniversaire de la réunification de la ville après la Guerre des Six Jours de 1967.

La Western Wall Heritage Foundation, qui administre l’espace de prière du mur Occidental et l’esplanade, a déclaré au quotidien Yedioth Ahronoth qu’il s’agissait d’un « grave incident », tout en soulignant que la photo a été prise « sur l’une des terrasses qui surplombent le mont du Temple, et non pas, Dieu préserve, sur l’esplanade du mur Occidental ».

Le rabbin du mur Occidental Shmuel Rabinovich a décrit un « incident embarrassant, grave et déplorable, qui porte atteinte à la sainteté du lieu et aux sensibilités de ceux qui visitent les lieux saints ».

Cette photo osée aurait été prise depuis le toit d’un appartement au dessus de la salle des fêtes Simchat Hall venue. Les gérants du Simchat Hall on confié au Times of Israel qu’ils n’avaient pas du tout été impliqués dans cette séance photo, qui appartient au milliardaire Guma Aguiar, disparu dans de mystérieuses circonstances en 2012. L’appartement est inoccupé, et selon un responsable de la salle, Papen et Lambrecht n’étaient pas autorisés à accéder à la terrasse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...