Une mère poursuit le JCC de Dallas en alléguant qu’un employé a violé sa fille de 14 ans.
Rechercher

Une mère poursuit le JCC de Dallas en alléguant qu’un employé a violé sa fille de 14 ans.

Le procès dit que deux autres filles ont déclaré aux membres du personnel du JCC qu'un entraîneur de sport du centre les avait harcelées sexuellement

L'entrée du JCC de Dallas (Crédit : capture d'écran YouTube)
L'entrée du JCC de Dallas (Crédit : capture d'écran YouTube)

Une mère a poursuivi le Aaron Family JCC en alléguant qu’un employé du centre de fitness a molesté et violé sa fille.

La plainte, qui a été déposée au début de juillet, nomme aussi le PDG du centre communautaire Juif, Artie Allen, ainsi que l’Association des centres communautaires juifs d’Amérique du Nord, selon le Dallas Morning News.

La mère et la fille ne sont pas nommées, selon le journal.

Le procès allègue que lorsque la mère a essayé de parler à Allen du fait que son employé harcelait sa fille et qu’il y avait des rumeurs qu’ils sortaient ensemble – même avant qu’elle ne soit au courant que sa fille avait été molestée et violée – Allen a seulement répondu que « tous les torts ne peuvent pas être du même côté. »

D’après la plainte, les agressions ont commencé en 2014, lorsque l’employé non identifié a commencé à harceler la fille, qui est maintenant une adulte, alors qu’il était en charge de son entraînement à la salle de gym du JCC.

La plainte indique que deux autres filles ont déclaré au personnel du JCC que l’employé les avait harcelées sexuellement et que le JCC n’avait pas lancé d’enquête ni d’examen disciplinaire contre l’employé.

Le journal a rapporté qu’un ancien employé du JCC, Randy Lee Adrian, a été arrêté en août après deux accusations d’agression sexuelle contre une enfant.

La police a rapporté au journal qu’Adrian a demandé le numéro de la jeune fille pour lui envoyer des programmes de régime et des séances d’entraînements, mais il a commencé à lui envoyer des photos sexuelles avant de commencer à la harceler sexuellement au cours d’une période de dix mois. La police a aussi dit qu’il menaçait également de kidnapper et de blesser sa famille si elle en parlait à qui que ce soit.

Le JCC de Dallas a publié une déclaration en affirmant qu’ils étaient au courant du procès, et qu’ils « prendront l’affaire au sérieux et répondront en conséquence ».

Ils ont aussi déclaré que le JCC s’est engagé à comprendre l’histoire de manière complète et pertinente à l’aide d’une enquête approfondie. » « Dans le cadre d’un procès en instance, le JCC n’a plus de commentaires pour le moment ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...