Rechercher

Une nouvelle forme de protonthérapie contre le cancer testée à Jérusalem

Cette radiothérapie innovante utilise une chaise mobile pour déplacer le patient à 360 degrés afin de cibler précisément les tumeurs avec des faisceaux à haute énergie

Nouvelle installation de protonthérapie à l'hôpital Hadassah de Jérusalem : un patient dans une chaise porte un masque en plastique couvrant son visage, pour le protéger des radiations (Crédit : Courtoisie de l'hôpital Hadassah)
Nouvelle installation de protonthérapie à l'hôpital Hadassah de Jérusalem : un patient dans une chaise porte un masque en plastique couvrant son visage, pour le protéger des radiations (Crédit : Courtoisie de l'hôpital Hadassah)

Une nouvelle forme de protonthérapie pour traiter les patients atteints de cancer est en phase d’essai clinique en Israël, permettant à des dizaines de personnes d’accéder à une technologie jusqu’alors uniquement disponible à l’étranger.

Cette forme de thérapie est très demandée de par le monde, car ses faisceaux de protons à haute énergie – ces particules subatomiques que l’on trouve dans le noyau de chaque atome – sont réputés cibler certaines tumeurs plus précisément encore que le rayonnement X.

La taille des machines de protonthérapie et le coût élevé du traitement freinent son adoption, et un hôpital seulement sur 100 dans le monde en dispose.

L’hôpital Hadassah de Jérusalem vient de lancer un essai clinique pour une forme de protonthérapie fabriquée en Israël. Le système fabriqué par la société P-Cure et développé avec l’aide de Hadassah adopte une approche originale de la protonthérapie, le patient étant assis dans une chaise mobile qui le déplace pour permettre aux faisceaux d’être libérés précisément là où se trouvent les cellules cancéreuses.

« Le nouveau concept de chaise mobile de P-Cure permet un traitement précis à 360 degrés », a déclaré au Times of Israel le professeur Aharon Popovitzer, chef du département d’oncologie à Hadassah.

Il estime que cette technologie augmente les chances de guérison des patients tout en limitant la toxicité liée à l’administration de protons à des parties du corps exemptes de cellules cancéreuses. « C’est un moyen d’administrer le meilleur traitement possible tout en minimisant la toxicité », a précisé Popovitzer.

Une femme reçoit une radiothérapie traditionnelle. La protonthérapie est une forme innovante de radiothérapie contre le cancer qui utilise des protons au lieu de rayons X. (Crédit : iStock)

Le Dr. Michael Marash, PDG de P-Cure, a commenté : « Les patients bénéficieront d’un traitement ciblé, sans dommages aux organes sains et sans effets secondaires. Le système sait identifier les cellules et se concentre sur la croissance et les changements, même mineurs. »

Popovitzer a indiqué que le caractère compact de la machine de P-Cure – qui représente environ un tiers de la taille des machines de protonthérapie standards – avait facilité son installation à l’hôpital Hadassah et pourrait contribuer à sa plus large distribution, y compris dans des hôpitaux limités en espace disponible pour de nouvelles installations.

« Les machines peuvent occuper des surfaces équivalentes à plusieurs chambres d’hôpital, et tout ce qui peut en réduire la taille est de nature à faciliter leur diffusion », a-t-il déclaré.

« Nous espérons que ceci contribuera à rendre la protonthérapie plus accessible. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...