Une nouvelle loi pénalise les propriétaires de chameaux en cas d’accidents
Rechercher

Une nouvelle loi pénalise les propriétaires de chameaux en cas d’accidents

Les animaux seront équipés d'une puce électronique et recensés, afin d'éviter les collisions fatales ; les députés arabes auraient préféré que l'Etat alloue des pâturages

Panneau avertissant les conducteurs de la présence de chameaux sur une autoroute du Néguev, le 26 août 2007. (Crédit : Rebecca Zeffert/Flash90)
Panneau avertissant les conducteurs de la présence de chameaux sur une autoroute du Néguev, le 26 août 2007. (Crédit : Rebecca Zeffert/Flash90)

Les chameaux seront équipés, comme les chiens, d’une puce sous cutanée, et les propriétaires seront considérés pénalement responsables si leurs animaux sont impliqués dans un accident de la route, selon une loi adoptée lundi par la Knesset.

La loi pour le marquage et la supervision des animaux, qui a été adoptée à 42 voix contre 10, contraint les propriétaires à enregistrer leurs chameaux dans un registre, qui doit être créé, et devront répondre à certains nombres de critères pour garder leur troupeau dans le désert, afin de mettre fin aux accidents et aux morts causés par les chameaux sur les routes du sud d’Israël.

Selon le préambule de la loi, la police enregistre près d’un millier de signalement de chameaux sur les routes chaque année. Sur les 7 151 incidents ont été signalés entre 2008 et 2015, le propriétaire du chameau n’a été identifié qu’une seule fois.

« Les propriétaires des chameaux nient en être les propriétaires, et il n’y a aucun moyen de le prouver », déplore une annexe de la loi. « Les propriétaires choisissent de faire paître leurs animaux dans des zones ouvertes, près des rues, et même près des bases de tirs de l’armée. »

Mais les députés arabes ont critiqués cette loi, qu’ils jugent être une attaque contre les bédouins arabes et leur mode de vie.

Le député de la Liste arabe unie Abd al-Hakim Hajj Yahya lors d’une réunion d’un comité de la Knesset, le 13 avril 2016 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député Abd al-Hakim Hajj Yahya, de la Liste arabe unie a déclaré que la loi faisait « partie de la guerre contre les Bédouins arabes du Néguev ».

« Vous pouvez élever des chameaux et permettre aux gens de leur construire des enclos, mais vous n’autorisez pas d’espace pour que les chameaux puissent paître et boire, alors évidemment, ils chercheront des endroits près des routes. Je n’ai entendu personne se plaindre d’un problème similaire avec des vaches », a-t-il dit durant le débat à la Knesset avant le vote.

Saeed Alkharumi, également membre de la Liste arabe unie, a déclaré que le problème aurait pu être résolu si le gouvernement avait reconnu les 4 000 chameaux du Neguev comme des animaux de pâturage et leur avait alloué des parcelles de pâturage.

La loi, dit-il, est une tentative visant à détruire l’élevage de chameaux des bedouins.

Au cours des dix dernières années, 15 personnes ont été tuées et 350 blessées – dont 50 grièvement – quand leurs voitures sont entrées en collisions avec des animaux, principalement des chameaux, dans le désert du Néguev.

En janvier, une jeune de 13 ans a été tuée et 8 personnes ont été blessées dans une double collision avec un chameau.

La famille Elmakiass, originaire de la ville de Mitzpe Ramon dans le désert du Négev, se rendait à un événement familial dans la ville de Haïfa, dans le nord du pays, lorsque son véhicule est apparemment entré en collision avec un chameau sur la Route 40, pas très loin de chez elle, tuant Liel, 13 ans, et blessant grièvement sa mère. Le père et les deux autres enfants de 9 et 14 ans ont été pour leur part légèrement blessés.

Quatre soldats ont été légèrement touchés lorsque leur voiture a percuté le même chameau et s’est renversée.

התרענו, זעקנו אבל לצערנו הרב שוב צדקנו: הקטל ממשיך^^ברגעים אלו ממש פועלים כוחות הכיבוי והחילוץ באירוע תאונת דרכים קשה…

Posted by ‎תנועת רגבים‎ on Tuesday, 16 January 2018

Meir Deutsch, de l’ONG de droite Regavim, qui a encouragé cette loi, a déclaré : « le danger des chameaux errants à porté atteinte à tout ceux qui vivent dans le Néguev, quelle que soit leur origine… Je suis heureux que ce parcours ait été mené à bien, et maintenant nous devrons nous assurer qu’il soit appliqué sur le terrain, et de façon systématique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...