Rechercher

Une pépinière de marijuana dans une synagogue désaffectée de Tibériade

La police a saisi 320 kilos de plantes sur un site qui était jusqu'à récemment un lieu de culte actif ; deux suspects sont arrêtés

L'intérieur d'une synagogue de Tibériade convertie en une pépinière de cannabis. (Crédit : Police israélienne)
L'intérieur d'une synagogue de Tibériade convertie en une pépinière de cannabis. (Crédit : Police israélienne)

La police a découvert qu’une synagogue abandonnée de Tibériade avait été convertie en une pépinière de marijuana, où poussaient des centaines de plantes poussant là où, jusqu’à récemment encore, se tenaient des offices religieux.

Deux hommes ont été arrêtés lors d’une descente sur le site au cours du week-end, et 1 700 plantes pesant 320 kilos qui poussaient au milieu de vestiges d’objets religieux ont été saisies, a rapporté dimanche le site d’information Ynet.

Une vidéo montre des plantes recouvrant le sol de la synagogue et entourant le pupitre, d’où les services de prière étaient conduits.

« Il est choquant de constater qu’ils ont utilisé un lieu saint et l’ont transformé en laboratoire de culture, de commerce et de distribution de drogues, tout cela dans le but de gagner de l’argent », a déclaré au site d’information le surintendant Aviv Benzino, qui dirige les enquêtes de la police de Tibériade.

La police avait lancé une enquête secrète après avoir été informée de l’existence d’un laboratoire de drogues dans un immeuble résidentiel de la ville du nord, située sur les rives du lac de Tibériade.

Les agents ont découvert que le complexe résidentiel comprenait une synagogue qui était encore active il y a quelques mois, mais qui s’était depuis remplie de plants de marijuana.

Benzino a estimé que l’endroit servait de site de culture depuis au moins quelques semaines.

Un avocat des deux suspects a déclaré qu’ils étaient tous deux des juifs religieux de Bnei Brak et de Jérusalem qui avaient déménagé à Tibériade sans aucune intention criminelle. L’avocat a noté que l’enquête n’en était qu’à ses débuts et a déclaré qu’il n’avait pas encore reçu les éléments du dossier.

Leur détention provisoire a été prolongée de six jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...