Rechercher

Une première athlète paralympique israélienne aux Jeux d’hiver

Sheina Vaspi, qui a terminé 15e en slalom géant, ne prendra pas part à l’épreuve de slalom, reportée à samedi ; l'athlète pratiquante ne concourt pas le jour du Shabbat

L'Israélienne Sheina Vaspi participe au slalom géant féminin en ski alpin debout, au Centre national de ski alpin Yanqing à Yanqing, lors des Jeux paralympiques d’hiver de 2022 à Beijing, le 11 mars 2022. (WANG Zhao / AFP)
L'Israélienne Sheina Vaspi participe au slalom géant féminin en ski alpin debout, au Centre national de ski alpin Yanqing à Yanqing, lors des Jeux paralympiques d’hiver de 2022 à Beijing, le 11 mars 2022. (WANG Zhao / AFP)

Sheina Vaspi, la toute première athlète paralympique d’Israël a participé à des Jeux d’hiver, a dévalé les pistes de Pékin vendredi matin, marquant l’histoire de l’État juif.

Vaspi a terminé 15e sur 22 concurrentes dans l’épreuve du slalom géant féminin en ski alpin, avec un temps combiné de 2:41,18 pour ses deux descentes.

« Je suis heureuse et fière d’être ici, d’écrire l’histoire et de représenter Israël », a déclaré Vaspi dans un message vidéo après sa course. « S’il plait à Dieu, nous nous reverrons en 2026 avec de bien meilleurs résultats. »

Alors que Vaspi espérait participer à plusieurs épreuves aux Jeux paralympiques d’hiver de Pékin 2022, elle n’aura finalement pris part qu’au slalom géant, après que le slalom a été reporté de dimanche à samedi en raison des conditions météorologiques. Vaspi ne concourt pas en raison de l’observance du Shabbat. Elle devrait retourner en Israël mardi.

« Ma chère Sheina, vous nous avez tous rendus heureux ce soir », a déclaré Eli Birnbaum, président du Comité paralympique israélien. « Nous sommes très fiers de vous. Vous êtes une pionnière et vous avez prouvé votre talent, votre détermination, votre valeur et votre courage. Vous êtes devenue un modèle et une source d’inspiration pour beaucoup. »

Vaspi, qui a grandi dans une famille hassidique Habad de la ville de Yesud HaMa’ala, dans le nord du pays, a toujours maintenu son observance religieuse parallèlement à son parcours athlétique, se battant même contre les autorités sportives pour lui permettre de concourir en jupe.

« Je pense que c’est ce qui est beau à propos de Habad, qu’ils ne se divisent pas entre les deux mondes : le spirituel et le physique, la Torah et le monde extérieur », a déclaré Vaspi à Haaretz dans une récente interview. Venir d’une famille Habad qui m’a permis de faire tout cela me donne déjà le sentiment d’avoir gagné. Bien sûr, il y a encore des défis à relever. »

L’athlète paralympique israélienne de ski alpin Sheina Vaspi, après sa course de slalom géant, le 11 mars 2022 à Pékin. (Crédit : Comité Paralympique israélien)

Vaspi, 20 ans, a perdu sa jambe dans un accident de voiture à l’âge de trois ans. Elle n’a commencé à skier qu’à l’âge de 15 ans, s’entraînant avec la Fondation Erez, une organisation à but non lucratif dans le nord d’Israël fondée par des vétérans de l’unité des forces spéciales alpines de l’armée et des spécialistes de la recherche et du sauvetage.

Après sa première course de slalom géant vendredi, Vaspi a déclaré à NBC Sports : « Si plus de femmes ou de personnes religieuses veulent faire du sport et être religieuses, je veux montrer qu’il est possible de le faire ».

Luke Tress a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...