Une prof d’une faculté US s’interroge: Faut-il saquer les élèves « sionistes » ?
Rechercher

Une prof d’une faculté US s’interroge: Faut-il saquer les élèves « sionistes » ?

La femme, qui est maître-auxiliaire, a ultérieurement affirmé avoir toujours traité ses étudiants avec équité ; l'université John Hopkins se penche sur l'affaire

Photo d'illustration - le Maryland Hall à l'université John Hopkins de Baltimore, dans le Maryland, le 12 janvier 2011. (Crédit : Wikimedia Commons)
Photo d'illustration - le Maryland Hall à l'université John Hopkins de Baltimore, dans le Maryland, le 12 janvier 2011. (Crédit : Wikimedia Commons)

JTA — Une maître-auxiliaire de l’université John Hopkins a affirmé avec force avoir toujours traité ses étudiants de manière équitable, après avoir ouvert un débat sur internet où elle s’était interrogée en ligne sur le bien-fondé d’octroyer aux Sionistes « tous leurs points » lors des examens.

Rasha Anayah, maître-auxiliaire au département de chimie de l’école de Baltimore, avait lancé un débat sur Twitter en date du 15 novembre, a fait savoir jeudi le Forward .

« Dilemme éthique : Si vous devez noter un examen pour un étudiant sioniste, allez-vous donc lui donner tous les points, malgré son soutien à un nettoyage ethnique ? », avait-elle écrit. « En fait, je ne le sais pas ».

Anayah avait soulevé la question dans le cadre d’un sondage, et 77 % des internautes avaient répondu à la question : « Libérez la Palestine ! Faites-les échouer ! ». Commentant les résultats, elle avait écrit que « je suis d’accord mais il semble qu’il y ait un grand nombre, parmi vous, qui souhaitez me voir renvoyée de mon poste ! »

Contactée par le Forward, Anayah a déclaré au journal avoir « toujours agi avec la plus grande intégrité et avec la plus grande équité. Je suis une professeure et une spécialiste dévouée, engagée dans les luttes en faveur de la justice sociale et engagée dans mon rôle. Mes antécédents dans mon travail en témoignent ».

Mercredi, la branche du groupe juif Hillel, sur le campus, a appelé les étudiants à se manifester s’ils soupçonnaient Anayah d’avoir abaissé injustement leurs notes. La faculté, au sein de John Hokpins, se penche actuellement sur l’affaire, a ajouté le Forward.

Pour sa part, Howard Libit, directeur du Baltimore Jewish Council, a déclaré au journal ne pas avoir connaissance d’étudiants qui soupçonneraient Anayah d’avoir injustement revu leurs notes à la baisse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...