Rechercher

Une technologie israélienne pour lutter contre les rongeurs au Maghreb et aux EAU

"Nous avons échoué avec la colombe de la paix ; la chouette effraie s'en sort beaucoup mieux", a déclaré Yossi Leshem, ornithologue israélien de renom et créateur du projet

Illustration : Une chouette effraie. (Crédit : CC BY-SA paddynapper/Flickr)
Illustration : Une chouette effraie. (Crédit : CC BY-SA paddynapper/Flickr)

Un projet israélien, visant à utiliser des nichoirs pour attirer les chouettes effraies et les crécerelles afin de lutter contre les rongeurs au lieu d’utiliser des produits chimiques, va être déployée en l’Afrique du Nord et aux Émirats arabes unis.

L’ornithologue chevronné Yossi Leshem, directeur du Centre international pour l’étude de la migration des oiseaux, a déclaré lors d’une conférence mercredi que le projet, créé en 2002, était en train d’être adopté par le professeur Imad Cherkaoui, ornithologue et écologiste paysagiste marocain et ancien directeur de BirdLife International pour le Maroc.

Cherkaoui devrait être l’ambassadeur du projet dans les pays d’Afrique du Nord avec lesquels Israël n’a pas de relations diplomatiques, a déclaré Leshem.

Il a ajouté que le ministre de l’Environnement des Émirats arabes unis -en charge du dérèglement climatique – avait indiqué que son pays adopterait également le projet, après avoir rencontré Leshem lors de l’Expo de Dubaï, qui s’est achevée au début de l’année.

« C’est de cette façon que nous envisageons le Moyen-Orient », a déclaré  Leshem lors de la conférence sur la restauration de la nature (également connue sous le nom de réensauvagement), organisée à Ramat Hanadiv par la Société pour la Protection de la Nature en Israël, en partenariat avec l’Autorité israélienne de la nature et des parcs et la Fondation Konrad Adenauar.

« Nous avons échoué avec la colombe de la paix. La chouette effraie s’en sort beaucoup mieux. »

« Une seule chouette effraie peut dévorer quelque 2 600 rongeurs chaque année, et un couple reproducteur peut produire 17 petits à la fois » a expliqué Leshem.

Les nichoirs – qui existent par milliers dans tout Israël – se sont répandus en Jordanie, où un passionné a réussi à convaincre les habitants de se défaire de leurs superstitions selon lesquelles les chouettes portent malheur, ainsi que dans l’Autorité palestinienne, à Chypre et en Grèce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...