Une tortue olivâtre repérée pour la première fois au large d’Eilat
Rechercher

Une tortue olivâtre repérée pour la première fois au large d’Eilat

Ayant probablement fait tout le chemin depuis l'Inde, la femelle s'est accouplée avec un mâle d'une autre espèce, une tortue imbriquée, également visiteur rare du golfe d'Eilat

Tortue olivâtre sur la plage d'Escobilla, Oaxaca, Mexique. (Crédit : Claudio Giovenzana www.longwalk.it, CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)
Tortue olivâtre sur la plage d'Escobilla, Oaxaca, Mexique. (Crédit : Claudio Giovenzana www.longwalk.it, CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)

Une tortue marine olivâtre, qui aurait fait tout le chemin depuis l’Inde, a été vue pour la première fois au large des côtes de la mer Rouge, à Eilat, cette semaine.

Elle a été repérée par un membre du club de voile d’Eilat, la ville la plus méridionale d’Israël, en train de s’accoupler avec un mâle d’une autre espèce – une tortue imbriquée.

Les tortues femelles retournent généralement sur les plages où elles sont nées pour mettre bas.

Mais comme l’a expliqué Yaniv Levy, directeur du Centre national de sauvetage des tortues de mer, au Times of Israël, les règles de la nature sont souvent transgressées.

Parfois, un ou deux membres d’une espèce rompent les rangs et cherchent un nouveau lieu de reproduction, afin de répartir le risque et de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier, au sens propre du terme.

Dans ce cas précis, si la tortue olivâtre tombe enceinte, sa progéniture ne survivra pas parce qu’elle s’est accouplée avec un individu d’une autre espèce.

À la question de savoir si les accouplements entre espèces étaient courants, Levy a répondu en plaisantant que lorsque les tortues mâles sentent les hormones d’une femelle, ils ne s’arrêtent pas pour vérifier à quoi elle ressemble avant de s’accoupler. Parfois, a-t-il ajouté, des trios se forment lorsqu’un mâle grimpe sur un autre mâle en train de copuler pour essayer de prendre sa place.

La tortue olivâtre, dont le nom provient de la couleur olive de sa carapace, vit principalement dans les régions tropicales des océans Atlantique Sud, Pacifique et Indien.

Levy a émis l’hypothèse que cette femelle en particulier provenait peut-être de la côte occidentale de l’Inde.

Ronni Meir, le membre du club de voile qui l’a repérée, a immédiatement alerté l’Autorité israélienne de la nature et des parcs. Il a déclaré que l’accouplement avait duré environ 40 minutes et qu’il craignait que le duo soit heurté par les bateaux qui passaient.

Des milliers de tortues olivâtres femelles se retrouvent généralement sur les mêmes plages pour pondre leurs œufs lors d’une nidification massive synchronisée appelée arribada.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) considère que l’espèce est vulnérable. La tortue imbriquée, que l’on ne voit que rarement au large de la côte d’Eilat, est en voie critique d’extinction.

La saison des amours des tortues ne fait que commencer et se poursuit jusqu’en septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...