Une vidéo de campagne divise l’alliance d’extrême-droite
Rechercher

Une vidéo de campagne divise l’alliance d’extrême-droite

Betzalel Smotrich a rejeté la vidéo de son partenaire Itamar Ben Gvir; l'incident a aussi entraîné aussi une querelle avec Naftali Bennett

Itamar Ben Gvir (à droite), membre du parti Otzma Yehudit, et Betzalel Smotrich, chef de la faction Union nationale, lors d'un évènement de campagne à Bat Yam, le 6 avril 2019. (Flash90)
Itamar Ben Gvir (à droite), membre du parti Otzma Yehudit, et Betzalel Smotrich, chef de la faction Union nationale, lors d'un évènement de campagne à Bat Yam, le 6 avril 2019. (Flash90)

Une vidéo de campagne du candidat d’extrême-droite Itamar Ben Gvir, qui met de manière totalement mensongère des plaisanteries sur la Shoah et sur Hitler dans la bouche d’une candidat arabe travailliste, a entraîné de vifs remous, samedi, dans la liste tout juste formée du parti du Sionisme religieux.

Ben Gvir, de la faction Otzma Yehudit, a diffusé une vidéo de campagne sur les réseaux sociaux qui s’en prend aux députés arabes et de la gauche, ainsi qu’à Naftali Bennett, l’adversaire de droite de l’alliance.

Suite à cette diffusion, Betzalel Smotrich, qui a récemment établi un partenariat avec Ben Gvir, a affirmé ne pas avoir eu connaissance de l’existence de la vidéo. Il a rejeté son contenu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a orchestré un accord entre le kahaniste Ben Gvir et le parti de Smotrich pour qu’ils mettent en place une liste conjointe – une liste qui, selon les récents sondages, pourrait franchir le seuil électoral de représentation à la Knesset. Netanyahu espère ainsi éviter une perte des votes de droite et renforcer ses chances de former un gouvernement au lendemain du scrutin.

La vidéo de campagne, intitulée : « Regardez : Le gouvernement rêvé de Lapid », montre une conversation fictive entre les leaders politiques de la gauche israélienne, avec notamment Ayman Odeh, de la liste arabe unie à majorité arabe ; Tamar Zandberg du Meretz ; Merav Michaeli, du parti Travailliste et Yair Lapid de Yesh Atid.

Le groupe est en train de plaisanter quand arrivent ensuite les leaders Naftali Bennett, de la formation de Yamina, et Gideon Saar, de Tikva Hadasha.

La vidéo montre Ibtissam Maraana, candidate Travailliste, dire (des propos imaginaires) : « J’ai demandé un jour à un survivant de la Shoah : ‘C’est quoi, votre numéro ?’ Hahaha. » Maraana, réalisatrice arabe israélienne, a suscité la controverse ces dernières semaines.

A un autre moment, Maarana poste une image de Hitler avec l’émoticône « cœur ».

Ben Gvir a déposé une requête réclamant qu’il soit interdit à Maarana de se présenter au Parlement israélien en raison de propos qu’elle avait tenus, dans le passé, disant qu’elle avait délibérément ignoré les deux minutes annuelles de silence suivies lors de la journée de commémoration en hommage aux soldats tombés au combat et aux victimes du terrorisme. Elle a depuis présenté ses excuses et expliqué qu’elle respectait dorénavant ces deux minutes de silence.

Dans la vidéo, Lapid accepte les demandes des députés arabes au cours de cette conversation fictive et notamment l’abandon de la loi du retour, qui permet aux Juifs de la diaspora d’émigrer en Israël, et la mise en place d’une « Journée de reconnaissance du Hamas ».

Zandberg, pour sa part, appelle à commémorer feu le leader palestinien Yasser Arafat et à instituer une visite mensuelle sur sa tombe.

A la fin de la vidéo, Lapid écrit : « Croyez-moi, on a de la chance qu’il n’y ait pas Ben Gvir dans le gouvernement. »

La vidéo se termine par des photographies de Ben Gvir et Smotrich, avec le texte : « Gagner ensemble ».

Mais Smotrich a ultérieurement rejeté la vidéo.

« Cette vidéo qui a été diffusée ce soir et sans que nous le sachions est un incident grave… L’évocation de la Shoah franchit les limites de l’acceptable. Point final », a-t-il dit.

Une querelle a également éclaté entre Smotrich et Bennett, qui étaient partenaires de faction dans la dernière Knesset.

Bennett a écrit sur Facebook : « Bezalel, il est temps de dire stop ».

« Il y a des limites. J’ai gardé le silence jusqu’à présent face à toutes ces attaques parce que je ne voulais pas d’un conflit mais, ce soir, une ligne rouge a été franchie », a ajouté le responsable de Yamina.

Naftali Bennett (à droite) et Bezalel Smotrich, du parti de droite Yamina, tiennent une conférence de presse à Jérusalem, le 14 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Smotrich a accusé Bennett de vouloir former un gouvernement avec Lapid et Michaeli, reconnaissant toutefois que « le débat doit avoir un cadre ».

Dans une autre réponse, Smotrich a déclaré : « Naftali, j’ai déjà clairement établi que cette vidéo était un incident grave et que je ne lui apporte par mon soutien. Maintenant, parlons de nos valeurs ».

Ben Gvir est à la troisième place sur la liste du parti du sionisme religieux-Otzmat Yehudit qui, selon les sondages, pourrait emporter 4 à 5 sièges lors du scrutin du 23 mars. Pour permettre à l’accord de se conclure, Netanyahu a aussi offert la 28e place sur la liste du Likud à un candidat du mouvement du Sionisme religieux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...