USA : le conspirationniste Alex Jones attaqué en justice
Rechercher

USA : le conspirationniste Alex Jones attaqué en justice

Connu pour ses positions anti-juives, Jones avait déclaré que le massacre de Sandy Hook en 2013 était une invention et que des parents des victimes seraient des "acteurs"

Capture d'écran non-datée de l'animateur d'Infowars,  Alex Jones. (Capture d'écran : Vimeo)
Capture d'écran non-datée de l'animateur d'Infowars, Alex Jones. (Capture d'écran : Vimeo)

Six familles d’enfants et d’éducateurs morts dans le massacre de l’école élémentaire de Sandy Hook ont assigné en justice le conspirationniste américain Alex Jones, grand propagateur de thèses sur la « fabrication » de cette tuerie, parmi les plus meurtrières survenues dans une école américaine.

Vingt-six personnes, dont 20 enfants, sont morts le 14 décembre 2012 dans cet établissement du Connecticut après qu’un tireur, Adam Lanza, eut pénétré dans l’école. Il s’est ensuite suicidé.

Dans leur plainte, déposée mercredi devant la Cour supérieure du Connecticut, les familles accusent notammment Alex Jones, fervent supporter de Trump, son site Infowars, ses sociétés et partenaires, d’invasion de leur vie privée, de diffamation, et de leur avoir infligé une profonde détresse émotionnelle, par appât du gain.

Elles réclament des dommages et intérêts, y compris punitifs, d’un montant total non précisé.

A de multiples reprises depuis 2012, Alex Jones a prétendu, sur Infowars comme dans ses émissions radio ou des vidéos postées sur Youtube, que le massacre était une invention, prétendant dès janvier 2013 que des parents d’enfants morts seraient en fait des « acteurs ». Des thèses très largement reprises sur les réseaux sociaux.

Les familles, auxquelles s’est joint un agent du FBI sur les lieux le jour du drame, détaillent dans la plainte la souffrance que leur a valu ces dernières années la propagation de ces fausses informations, dont attaques sur les réseaux sociaux et menaces de mort.

« Jones a délibérément utilisé ces fausses informations » à des fins « marketing » et « cela lui a rapporté à lui et ses sociétés des dizaines de millions de dollars par an », affirme la plainte, qui chiffre à plus de deux millions de personnes l’audience de son émission radio et celle de sa chaîne YouTube.

« La campagne mensongère de Jones et ses complices a conduit des milliers de gens à croire que nos clients avaient inventé la mort de leurs proches », a déclaré l’avocat des familles, Matt Blumenthal, dans un communiqué.

« Ces familles sont par conséquent continuellement harcelées et maltraitées, alors qu’elles sont confrontées à la perte (de leurs proches). Aujourd’hui elles disent, ‘Assez' ».

Jones se dit protégé par la liberté d’expression défendue par la Constitution. Mais M. Blumenthal affirme que la Constitution ne doit pas protéger « les mensonges nuisibles et répréhensibles ».

Cette plainte s’ajoute à deux autres déposées par des familles de Sandy Hook contre Jones au Texas.

Aidées par les réseaux sociaux, les thèses conspirationnistes prolifèrent. Après la fusillade du lycée de Parkland, qui a fait 17 morts en Floride en février, de fausses informations ont aussi largement circulé, qualifiant d' »acteurs » les étudiants rescapés qui réclament des mesures de contrôle des armes.

Alex Jones avait par le passé accusé le milliardaire hongrois George Soros d’être à la tête d’une « mafia juive ».

Le théoricien du complot avait également affirmé que des acteurs juifs étaient venus simuler la présence de membres du Ku Klux Klan lors du rassemblement de Charlottesville, en juillet 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...