USA : le Sénat vote par 98 voix contre 2 une loi pour renforcer les sanctions sur l’Iran
Rechercher

USA : le Sénat vote par 98 voix contre 2 une loi pour renforcer les sanctions sur l’Iran

La législation vise à punir Téhéran pour avoir testé des missiles balistiques et pour d'autres provocations non nucléaires

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le président iranien Hassan Rouhani lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue russe, au Kremlin, à Moscou, le 28 mars 2017. (Crédit : Sergei Karpukhin/Pool/AFP)
Le président iranien Hassan Rouhani lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue russe, au Kremlin, à Moscou, le 28 mars 2017. (Crédit : Sergei Karpukhin/Pool/AFP)

WASHINGTON – Le Sénat des Etats-Unis a adopté jeudi une loi pour renforcer les sanctions contre l’Iran en raison de ses essais de missiles balistiques et d’autres provocations non nucléaires.

Le projet de loi comprenait également de nouvelles sanctions contre la Russie pour ses présumées ingérences lors des dernières élections américaines et ses activités déstabilisantes dans le monde entier.

Adoptée par un vote à 98 voix contre 2, la Loi pour la lutte contre les activités déstabilisantes de l’Iran de 2017 imposera de nouvelles sanctions obligatoires à l’encontre des personnes et des entités impliquées dans le programme de missiles balistiques de l’Iran et des sanctions contre les gardiens de la révolution d’Iran.

Le projet de loi a été rédigé par le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, Bob Corker (républicain, Tennessee) et par Ben Cardin (démocrate, Maryland), ainsi que par le sénateur démocrate du New Jersey, Bob Menendez.

La loi – qui est passée en commission le mois dernier – exige également que le président bloque les biens de toute personne ou entité impliquée dans la fourniture, la vente ou le transfert d’armes illégales vers ou en provenance de l’Iran.

« L’Iran contribue à l’instabilité régionale et n’a pas montré le moindre intérêt pour rejoindre la communauté des nations responsables en mettant un terme à son comportement malsain », avait déclaré Cardin à l’époque.

Un missile balistique Qadr de longue portée lancé dans la chaîne d'Alborz dans le nord de l'Iran le 9 mars 2016 (Crédit : AFP / TASNIM NEWS / Mahmood Hosseini)
Un missile balistique Qadr de longue portée lancé dans la chaîne d’Alborz dans le nord de l’Iran le 9 mars 2016 (Crédit : AFP / TASNIM NEWS / Mahmood Hosseini)

L’American Israel Public Affairs Committe (AIPAC) et J Street – deux organisations qui ont rarement été d’accord avec la politique américaine face au défi iranien – ont salué cette mesure.

L’AIPAC a félicité le Sénat jeudi pour avoir adopté le projet de loi et J Street avait déjà salué les élus après son passage en commission, pour s’être assurés que le texte ne violait pas l’accord avec l’Iran.

Les deux seuls sénateurs qui ont voté contre le projet de loi jeudi étaient le sénateur indépendant du Vermont, Bernie Sanders, et le sénateur du Kentucky, Rand Paul.

Les démocrates et les républicains de Washington ont insisté pour répondre aux tests provocateurs de missiles balistiques de l’Iran qui ont lieu pendant des mois, mais aurait attendu la tenue des élections en Iran pour voter cette loi.

Jeudi, les membres des deux partis ont fait l’éloge de la législation.

Le sénateur américain républicain de Caroline du Sud, Lindsey Graham, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mai 2015. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Le sénateur américain républicain de Caroline du Sud, Lindsey Graham, lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mai 2015. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

« L’Iran est toujours le plus grand soutien du terrorisme dans le monde, a déclaré Lindsey Graham, le sénateur de la Caroline du Sud. Ils soutiennent des groupes qui ont renversé les gouvernements pro-occidentaux dans tout le Moyen Orient. Ils ont humilié et illégalement emprisonné des marins américains en haute mer. Et ils violent de façon continue et flagrante les restrictions de l’ONU imposées sur leur programme balistique. »

« Ces nouvelles sanctions sont une déclaration forte du Congrès et de l’administration Trump : les affaires avec l’Iran sont terminées », a-t-il ajouté.

En attendant, lors du déjeuner de l’Orthodox Union Advocacy Center sur le Capitole, Cardin et le chef de la minorité Chuck Schumer (démocrate, New York) ont déclaré que le projet de loi était un signe d’unité bipartite à Washington en ce qui concerne la sécurité d’Israël.

« Ceux qui ont soutenu les accords de subvention disait ‘Oh, l’Iran va se modérer’. Eh Bien, ce n’est pas encore le cas, ils testent toujours des missiles balistiques, ils soutiennent encore le terrorisme », a déclaré Schumer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...