Vers une grève du secteur public ? La Histadrout déclare un conflit syndical
Rechercher

Vers une grève du secteur public ? La Histadrout déclare un conflit syndical

Selon la Histadrout, le ministre des Finances Israël Katz se comporte "comme un tyran" et traite les employés du gouvernement avec "mépris"

Arnon Bar-David s’adresse aux membres de l'organisation syndicale de la Histadrout, 29 mars 2019 (capture d'écran via Facebook)
Arnon Bar-David s’adresse aux membres de l'organisation syndicale de la Histadrout, 29 mars 2019 (capture d'écran via Facebook)

Dans une décision unanime mardi, les dirigeants de la fédération syndicale de la Histadrout ont annoncé un conflit syndical officiel en réaction à la proposition du ministère des Finances de réduire les salaires des travailleurs du secteur public, dans le contexte de la crise financière créée par la pandémie.

L’annonce d’un conflit syndical officiel est une étape dans le processus juridique qui pourrait éventuellement permettre aux fonctionnaires de faire grève si un accord n’était pas conclu entre les parties en conflit.

Suite aux appels lancés aux responsables gouvernementaux pour qu’ils réduisent l’écart salarial sans cesse croissant entre les travailleurs du secteur public et ceux du secteur privé, et alors qu’Israël est confronté à une montée en flèche du taux de chômage, le ministère des Finances a proposé un plan visant à réduire considérablement les salaires des travailleurs du secteur public pendant 27 mois, à compter d’octobre de cette année. Ces réductions proposées devraient permettre de libérer
4 milliards de NIS de dépenses publiques dans le cadre des mesures de réduction des dépenses lors de la pandémie de coronavirus.

Les discussions entre la fédération syndicale et le ministère des Finances ont été interrompues en début de semaine suite à la proposition du ministère d’une réduction de 10 % des salaires pour tous les employés du secteur public gagnant plus de 20 000 NIS et de réductions plus modestes pour ceux gagnant entre 7 000 et 20 000 NIS.

En réponse à ce plan, le chef de la Histadrout, Arnon Bar-David, a accusé le ministre des Finances, Israël Katz, de « soigner ses relations publiques et d’essayer d’éviter la situation politique [la crise actuelle de la coalition] en attaquant les emplois du secteur public ».

Le ministre des Finances Israël Katz le 17 juin 2020 (capture d’écran de Kan)

« Nous sommes habitués à ce que les gens ne remercient pas les employés du secteur public, mais ce mépris ? » a-t-il déclaré. « Katz nous affronte comme une brute. Même si je pensais qu’un accord pourrait être conclu, il sera difficile d’y parvenir après ce comportement », a-t-il ajouté.

« Le ministre des Finances”, a poursuivi Bar-David, “ne comprend pas que le 10 mars, le secteur public lui a donné, ainsi qu’au Premier ministre, la possibilité d’agir librement pendant la crise [du coronavirus]… si nous cherchions à causer des problèmes, nous n’aurions pas agi avec responsabilité et nous aurions pris des mesures en nous mettant en congé sans solde pendant un mois et demi à nos frais.”

Dans la déclaration officielle que la Histadrout a soumise au ministère du Travail et des Affaires sociales, la fédération a affirmé que le ministère des Finances avait l’intention de prendre « des mesures unilatérales qui auront un impact substantiel, direct et significatif sur les droits et les conditions de travail des employés… au mépris de leur organe représentatif et même de leurs droits fondamentaux à la liberté d’association et à la négociation collective. »

Ce conflit survient après la démission dimanche du plus haut responsable du ministère des Finances, Shaul Meridor, de son poste de chef du département du budget du Trésor pour protester contre les récentes politiques économiques du gouvernement, suite à des mois de luttes intestines entre lui et Katz. Dans une interview, Meridor a accusé Katz de fomenter une atmosphère de « terreur ».

Le chômage a grimpé à 21 % depuis le début de la pandémie, l’économie israélienne ayant subi sa pire contraction depuis des décennies.

Israël est sans budget d’Etat depuis 2019 et finira probablement l’année 2020 sans budget, grâce à une lutte permanente entre le Likud et son partenaire de la coalition Kakhol lavan pour savoir si le budget devrait également inclure l’année 2021. Beaucoup voient cette bataille comme une crise inventée pour aider le Premier ministre Benjamin Netanyahu à rester au pouvoir sans avoir à respecter un accord de rotation avec le leader de Kakhol lavan, Benny Gantz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...